LES MINUTES DE L’AUDITION DE L’EX COLONEL ABDOURAHIM KÉBÉ

news-details
SECTION DE RECHERCHES

Interrogé sous le régime de la garde-à-vue en présence de son avocat après son arrestation à Saint-Louis, dimanche dernier, par la Section de recherches (Sr) de la gendarmerie de Colobane, l’ex-colonel Abdourahim Kébé a tenu un discours très éloigné de la virulence contenue dans son post Facebook, appelant à la révolte populaire, à l’origine de son interpellation. Libération, qui donne l’information, rapporte la confession de la personne mise en cause. « Il faut savoir que c’était une question d’actualité et les informations circulaient librement sur des pratiques malsaines des tenants du pouvoir voulant faire un forcing électoral. Ceci étant un secret de polichinelle, je voudrais préciser que compte tenu de mon background, je suis profondément républicain, respectueux de la stabilité des institutions de la République. Si le Sénégal, est un exemple de stabilité dans la sous-région, c’est surtout grâce à la loyauté des cadres de l’Armée et la gendarmerie et je suis jaloux de ce Sénégal stable », esquive l’accusé.

L’ex-colonel et ancien patron de la DIRPA ajoute : « Il faut prendre (son post) au sens littéraire du terme, à ce titre la riposte populaire peut être perçue comme un appel à une réaction démocratique énergétique pour que les votants se mobilisent massivement en étant conscients que leurs cartes d’électeurs est leur arme. Au lieu de parler de fusil ou d’actes violents, il s’agit tout simplement de bon usage de la carte d’électeur. »

Puis, le militaire à la retraite par ailleurs chargé de la défense du parti Rewmi d’Idrissa Seck confesse avoir supprimé la publication. Inculpé puis placé sous contrôle judiciaire, il est rentré chez lui hier après son face-à-face avec le maître des poursuites.

Vous pouvez réagir à cet article