image

LES PARIS SONT ENCORE OUVERTS

image

La 14e législature prend forme en attendant les résultats définitifs. Au fond de cette mythique salle des plénières, un siège ne sera aussi convoité que durant cette législature qui se profile à l’horizon : la présidence de l’Assemblée. Et pour cause. Une élection législative n’a jamais accouché des résultats aussi serrés qui poussent à s’interroger le camp majoritaire et les potentiels présidents du Parlement. L’un dans l’autre, ce siège est visé par toutes les coalitions, du moins celles susceptibles d’avoir la majorité, avec sa caisse noire et son prestige de deuxième institution de la République. Alors qui succèdera à Moustapha Niasse dans les prochains jours ? Aminata Touré, tête de liste nationale de Bby, qui était partie pour être une « sérieuse prétendante à ce poste », selon Babacar Dione, voit ce destin en interrogation. Pour Amadou Bâ, deuxième sur la liste nationale, la défaite l’emporterait et la probabilité est moindre, selon l’analyste. « Il représente un bon profil mais il pourra servir ailleurs part », pense M. Dione.

D’un autre côté, si une majorité en faveur de l’inter-coalition Yewwi askan wi-Wallu Sénégal se confirme, le perchoir lui reviendra. Dans leurs listes, les profils ne sont pas trop variés, du moins les plus probables sont inscrits dans les petits papiers pour succéder à Moustapha Niass. Tête de liste départementale de Dakar, Barthélemy Dias pourrait faire office de président de l’Assemblée. Cependant, cette probable consécration pourrait être remise en doute, du fait des importantes charges du maire à Ville de Dakar. Mais il peut faire comme Pape Diop. Pas sûr que le leader des suppléants de Yaw, COmar Sy, soit promu au perchoir.

Moustapha GUÈYE
(Statgiaire)

3 août 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article