image

LES PLUS GRANDS POLLUEURS FUIENT LEURS RESPONSABILITÉS

image

Le sommet de Rotterdam en soutien à l’adaptation de l’Afrique au changement climatique allait virer au fiasco s’il ne dépendait que des dirigeants européens. Fortement mobilisés, les chefs d’État africains qui ont effectué le déplacement n’ont pas vu la présence de leurs homologues européens au cours de cette rencontre. Président en exercice de l’Union africaine, Macky Sall a été le premier à fustiger un tel vide. « Je ne peux manquer de noter avec amertume l’absence des dirigeants du monde industrialisé. Puisque ce sont les principaux pollueurs de cette planète, ce sont eux qui doivent financer l’adaptation. Ce n’est pas seulement le sort de l’Afrique qui est en jeu, mais aussi le sort de l’humanité et l’avenir de la planète », a-t-il lancé lors de l’ouverture du sommet. Quant à Félix Tshisekedi, président de la République démocratique du Congo (Rdc), il a également « déploré l’absence des leaders des nations industrialisées ainsi que des représentants du secteur privé, qui sont, comme on le sait, les plus gros pollueurs ».

Prenant la parole, Mark Rutt, le Premier ministre néerlandais a tenté de décrisper l’atmosphère en soutenant que beaucoup de dirigeants européens voulaient venir à la rencontre. À noter que les dirigeants africains espèrent recueillir, à travers le Programme d’accélération de l’adaptation en Afrique (Aaap), une capitalisation de 250 millions de dollars pour attirer des milliards de dollars d’investissements.

6 septembre 2022

------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article