image

LES POPULATIONS INDEXENT L’USINE DE BOISSON

image

L’explosion de la cuve d’éthanol de la Css a provoqué hier des secousses qui ont fait des dégâts matériels. Les populations du quartier de Ndiangué ont exprimé leur colère ; la direction générale de la Compagnie cherche à identifier l’origine de l’explosion.

Richard-Toll a vécu une matinée cauchemardesque. La cuve d’éthanol de la Compagnie sucrière sénégalaise (Css) a explosé hier. S’il y a eu plus de peur que de mal, les populations du quartier Ndiangué, situé à proximité de l’usine, en ont ressenti les secousses. En effet, l’explosion a engendré la destruction de plusieurs appareils électro-ménagers comme des réfrigérateurs, des téléviseurs en plus de plusieurs vitres cassées.

Au-delà de cette explosion, les populations de Ndiangué, disent ne plus supporter les pollutions sonores et environnementales de l’usine. « Les enfants ont des problèmes pulmonaires et les personnes du troisième âge souffrent de problème de vision, et tout cela, à cause de l’unité de fabrication de boissons alcoolisés de la Css », Selon Seydina Assane Diop, le responsable des jeunes. Oumar Mbaye, un autre habitant de Ndiangué, précise que ce n’est pas la première fois qu’un incident pareil s’est produit dans le quartier. Il y a eu d’abord l’explosion de la centrale énergie de la Css qui avait fait beaucoup de dégâts dans le quartier il y a quelques années. Et comme elles vivent constamment avec le danger Amath Diop, la soixantaine révolue, demande aux autorités de délocaliser les populations dans un autre site où elles peuvent vivre paisiblement. Le sexagénaire qui avait entamé une extension de son domicile a vu les deux chambres qui étaient en construction s’écrouler à cause de cette secousse provoquée par l’explosion. Dans d’autres maisons, ce sont les murs qui sont soit tombés soit fissurés.

Pour toutes ces raisons, les populations de Ndiangué ont manifesté leur courroux sur la RN2. Les forces de l’ordre dépêchées sur les lieux ont eu toutes les peines du monde pour raisonner ces jeunes hommes et femmes qui empêchaient la libre circulation. Du côté de l’usine de la Css, l’on signale également plusieurs dégâts matériels, mais aucune perte en vies humaines. La direction de la Css a vite convoqué une réunion de crise pour évaluer la situation et essayer d’identifier l’origine de cet incident.

Momar Alice NIANG

6 septembre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article