image

LES PRÉVISIONS DU CADRE NATIONAL DES SERVICES CLIMATOLOGIQUES (CNSC)

image

La saison des pluies pourrait s’installer de façon précoce sur une bonne partie du territoire à l’exception du Sud-est où l’installation pourrait être normale à tardive, a indiqué, vendredi, le Cadre national des services climatologiques (Cnsc). « Sur la base de l’observation des températures de surface de la mer (Tsm) et des résultats des prévisions (Tsm et Pluie), nous pouvons retenir une installation précoce de la saison des pluies sur une bonne partie du territoire, excepté la partie Sud-est où l’installation pourrait être normale à tardive », souligne le Cnsc coordonné par l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (Anacim). Ces prévisions ont été présentées lors d’un atelier « de diffusion et de partage de la prévision saisonnière des précipitations et des écoulements des bassins pour l’hivernage 2022 ».

Le Cnsc signale des « risques faibles d’avoir de longues pauses sèches en début de saison et aussi au cours de la saison ». Il fait état d’une pluviométrie normale de mai à juillet sur une bonne partie du territoire, sauf au Sud-est où des conditions normales à déficitaires sont attendues. De juin à août, cette pluviométrie pourrait être « normale à excédentaire » sur une bonne partie du pays, sauf sur le triangle Koungheul-Vélingara-Simenti où des conditions normales à déficitaires sont attendues. Selon les prévisionnistes, de juillet à septembre, la pluviométrie pourrait être « excédentaire sur tout le territoire », sur fond de « risque élevé d’avoir des événements pluviométriques intenses ». Le Cnsc indique qu’une une année hydrologique « à écoulement excédentaire ou normal, par rapport à la moyenne de la référence 1990-2021, est attendue dans nos bassins fluviaux ».

Aps

7 mai 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article