LES PROMOTEURS SUSPENDENT LEURS ACTIVITÉS JUSQU’À...

news-details
LUTTE

Remous dans l’arène. L’association des promoteurs ont décidé de boycotter toute organisation de combat. La raison : Ils attendent du Comité national de gestion (CNG) de lutte et du ministère des Sports de mettre à leur disposition le cahier des charges pour l’organisation à l’arène nationale, de garantir la sécurité de cette aire de jeu.

Regroupés autour de leur président, Pape Abdou Fall, les promoteurs de lutte étaient en conclave, hier jeudi, 6 décembre, pour discuter de leurs préoccupations. Parmi lesquelles, rapportent Sunu Lamb, l’allègement des conditions d’organisation et la réouverture du stadium Iba Mar Diop.

Pour l’heure, fulminent-ils, ils ignorent les modalités pratiques pour abriter des galas de lutte dans l’arène nationale. Ils exigent une sécurité maximale dans cette infrastructure afin d’accroître leurs investissements et s’insurgent contre la mesure qui requiert le paiement de tous les dégâts causés lors des combats. S’agissant de la réouverture du stadium Iba Mar Diop, ils veulent y organiser deux journées dans le mois. Pas de combat, si leurs doléances ne sont pas prises en charge.

Pape Abdou Fall claque la porte

Déjà, en tant que personne morale, les promoteurs ont rejeté en bloc le poste confié à Pape Abdou Fall dans la nouvelle équipe du CNG. Ils estiment que leur place devrait être dans le bureau exécutif de la structure dirigeante. Cela, dans le but de mieux défendre leurs intérêts communs. Coopté par le ministère des Sports, Pape Abdou Fall fait partie du Comité directeur. A ce titre, le patron de PAF Productions ne peut assister qu’aux deux réunions par année dudit Comité.

Vous pouvez réagir à cet article