image

« LES RÉFORMES MINIÈRES DOIVENT ÊTRE NORMALISÉES »

image

Le Sénégal affiche son ambition de devenir le centre de référence de services miniers en Afrique de l’Ouest. Pour ce faire, l’objectif est de mettre en place un écosystème favorable à l’attraction de fournisseurs de référence de services miniers. Pour concrétiser cette importante initiative, Ie Bureau Opérationnel de Suivi du PSE (BOS PSE), avec l’accompagnement de ses partenaires a lancé, ce lundi, les travaux de l’Atelier intensif de structuration du projet phare « Hub Minter Regional ».

Prenant la parole à cette occasion, El Ousseynou Kane, Dg du Bos a soutenu que pendant plus d’un an, ils ont mobilisé l’expertise du Bos et l’ensemble de l’écosystème pour définir ensemble les orientations stratégiques de ce projet extrêmement important pour le Sénégal. « Nous allons passer ensemble cinq semaines intenses parce que le Lab est compliqué. C’est un moment intense de réflexion où on sort de nos sentiers battus, où on sort de nos zones de confort pour définir ensemble ce que le Sénégal va devenir en matière de Hub minier sous-régional », a-t-il dit. Avant de continuer : « nous allons sortir une feuille de route qui va permettre au Sénégal de se positionner comme le centre d’influence en matière de service minier. Nous sommes dans une course et c’est pour cela que nous avons accéléré le processus. Parce qu’il y’a d’autres pays africains qui ambitionnent aussi d’être des Hubs miniers. Je profite de l’occasion pour lancer un appel aux autorités afin que les réformes puissent être normalisées ».

« Les sociétés minières ont payé plus de 24 milliards de redevances minières à l’État du Sénégal »

Pour sa part, Daour Dieng, président de la Chambre des mines a rappelé que le Sénégal a décliné une vision stratégique du secteur minier. Et ce secteur, dit-il, participe au développement inclusif et durable du pays à l’horizon 2035. « Le secteur minier occupe une place prépondérante dans les projets phares du Pse dans le Hub minier et figure parmi les six secteurs prioritaires identifiés par le gouvernement pour porter la croissance du pays à 7% d’ici 2035. (…)

La réaction des compagnies minières face aux conséquences de la Covid-19 a été positive et rassurante. Le secteur minier est le seul secteur extractif qui a contribué plus à l’économie nationale et au budget de l’État directement », a déclaré le président de la Chambre des mines. En 2020, selon lui, les sociétés minières ont payé plus de 24 milliards de redevances minières à l’État du Sénégal. Plus globalement, les sociétés minières du Sénégal ont contribué à hauteur de 162 milliards avec une hausse de plus de 30 milliards. Cette augmentation s’explique, selon le président de la Chambre des mines, par la bonne tenue des productions d’or, de minéraux lourds, des paiements de la taxe sur le ciment, etc.

Cheikh Moussa SARR

5 septembre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article