image

LES RÉSERVES DU DR CHEIKH GUÈYE SUR LE NOUVEAU PLAN DÉCENNAL

image

En conseil des ministres, le 1er septembre 2021, le chef de l’État, Macky Sall, a annoncé la nécessité d’un nouveau Plan décennal de gestion des inondations (2023-2033), en cohérence avec le Plan national d’aménagement et de développement des territoires (Pnadt) et dans une dynamique de développement de la politique d’assainissement.

Invité du JDD, ce dimanche 24 juillet, Dr Cheikh Gueye, le responsable de la veille et prospective de l’IPAR (Initiative prospective agricole et rurale) et géographe de formation, apprécie, estimant que c’est même nécessaire. « L’État est même en train de travailler à lancer un nouveau plan décennal. Il me semble qu’en dix ans, nous avons beaucoup appris sur nos erreurs d’avant, sur les choses à faire, sur les priorités et peut-être que le prochain plan sera plus efficace. Ce qu’on peut retenir actuellement, c’est qu’il a contribué à régler certains problèmes dans plusieurs quartiers, mais il reste encore beaucoup à faire à Dakar et dans beaucoup de villes du Sénégal. Il faut aussi avoir l’honnêteté de dire qu’en dehors de ce Plan décennal, il y a aussi beaucoup d’autres projets par l’Ageroute, Promoville et d’autres programmes de l’État dont les réalisations continuent à améliorer la situation de l’assainissement au Sénégal », a-t-il réagi.

« Une erreur de ne pas impliquer les chercheurs »
Toutefois, a-t-il avoué, relancé par Mamoudou Ibra Kane, « les chercheurs sont moins impliqués que les services de l’État. Pour moi, c’est une erreur parce que les inondations constituent un phénomène qui doit comme le Covid, comme d’autres défis nationaux, interpeller tout le monde d’autant plus que mes collègues géographes ont fait pendant des dizaines d’années des travaux très importants qui peuvent déterminer un vrai changement et j’encourage l’État à produire ces espaces de discussions parce que les chercheurs sont là pour ça notamment pour faire sortir l’État de cette logique politicienne dans la gestion des inondations. Donc, il faut se nourrir de données probantes des analyses des chercheurs pour avoir les meilleures réponses ».

Die BA
Pape Doudou DIALLO (Photo)

24 juillet 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article