LES RÉSIDENTS MAURITANIENS CRIENT LEUR INQUIÉTUDE ET ALERTENT LA COMMUNAUTÉ INYERNATIONALE

news-details
MANIFESTATION À DAKAR

Sans nouvelles de leurs proches, des résidents mauritaniens au Sénégal, étudiants, femmes et jeunes, expriment toute leur inquiétude. Leur manifestation interdite par l’autorité préfectorale, ils ont quand même tenu un sit-in, ce jeudi, 27 juin, devant la Place de la Nation (ex Obélisque). Fortement encadrés par les forces de l’ordre, ils ont accusé le régime mauritanien de procéder à des arrestations massives. « On n’est pas tranquille, déclare Amadou Sow, étudiant mauritanien résident à Dakar, face à la presse. On n’arrive même pas à faire nos devoirs, réviser nos cours parce qu’ils commencent à intimider la population, ils ont arrêté cent et quelques jeunes mauritaniens. Le ministre de l’Intérieur (Ahmed Ould Abdallah) se permet de dire que les gens arrêtés sont des étrangers, Sénégalais, Gambiens. Non, c’est faux, ils sont tous des Mauritaniens. »

Ce qui les met dans tous leurs états. « Si on est là, ajoute le manifestant, c’est pour une seule cause, la situation qui se passe actuellement au pays. La mainmise des forces de l’ordre sur la jeunesse mauritanienne qui a dit non au régime militaire. L’armée entre dans les maisons et amènent les gens. » Autre chose qu’ils dénoncent : « Lors de l’élection présidentielle, la plupart d’entre nous sommes là, n’ont pas pu voter. Ce qui est anormal. Il y a l’Ambassade de la Mauritanie, ici, mais il n’y a pas eu de bureaux de vote alors qu’il y en a eu en Gambie et dans les autres pays. Pourquoi ? Parce qu’ici ils savent que nous les noirs mauritaniens qui sommes-là allions voter contre le parti au pouvoir. Tous les commerçants et les étudiants basés au Sénégal n’ont pas voté. Certains ont dû se déplacer au pays pour pouvoir s’exprimer mais d’autres n’ont pas eu cette occasion. Quel est l’intérêt de l’Ambassade ? »

Ces manifestants font appel à « la communauté internationale à commencer par l’Union africaine et les organisations des droits de l’homme sur la situation chaotique qui se passe en Mauritanie. » D’autant qu’alerte Mamadou BA, un étudiant à la Faculté de Médecine, « Il y a des blessés qui peinent à se soigner. On en a marre de ce système. On a suivi la procédure pour avoir l’autorisation mais finalement on ne la pas eu mais on a dit qu’on va faire notre sit-in pour faire passer le message, faire partager le mal que nos frères et sœurs vivent actuellement. Cela fait trois (3) jours qu’ils ont coupé l’internet. On a plus de nouvelles de nos parents. On est très inquiets. »

Selon des informations recueillies sur place, l’Ambassadeur mauritanien au Sénégal, est en Mauritanie suite à la « convocation d’une conférence des ambassadeurs ».

Le rassemblement est dispersé à 09h46. Certains jeunes commencent par résister avant d’obtempérer. 10h02, plus de manifestants sur place, la circulation retrouve sa fluidité.

Kane Hamidou Baba, Sidi Mohamed Ould Boubacar, Biram dah Abeid et Mohamed Ould Maouloud, les quatre (4) candidats de l’opposition accusent le pouvoir d’avoir perpétré un véritable « hold up électoral », contestant la victoire à la présidentielle de Mohamed Ould Ghazouani, au premier tour. D’ailleurs, deux (2) candidats ont déposé des recours en annulation du scrutin depuis mardi dernier.

Vous pouvez réagir à cet article