image

« LES SÉNÉGALAIS SAVENT ENLEVER UN HOMME AU POUVOIR MAIS… »

image

Cheikh Bamba Dièye du Front pour le socialisme et la démocratie/Benno Jubël (Fsd/Bj) a été l’invité de Jury du Dimanche. Devant Mamoudou Ibra Kane sur les ondes de la 90.3 IRadio, il a abordé la question de l’élection présidentielle de 2024. Il a commencé par regretter le fait que les sénégalais sont habitués jusqu’à présent à enlever un homme au pouvoir. Non sans réfléchir souvent à ce qui suit après. « En 2000, on avait dit tout sauf Abdou Diouf. En 2011, compte tenu de la gravité de la situation du pays et avec le 23 juin, ce qui s’était posé comme question c’était tout sauf Wade. Quand on réfléchit, on se rend compte que les grands mots qui étaient utilisés à l’époque telle que la réédition des comptes, la transparence, une gestion sobre et vertueuse, la patrie avant le parti qui étaient des revendications non pas d’un homme politique, mais de tous les sénégalais », a-t-il déclaré. Avant de poursuivre : « mais, les vieux démons du passé à savoir la politique politicienne, l’esprit partisan, l’esprit clanique même de cette volonté d’accaparement de ce qui revient à tout le monde ».

À la question de savoir est-ce qu’on est en train de vivre la même situation que lors des élections précédentes ? Cheikh Bamba Dièye a répondu par l’affirmative. « Je suis tout à fait d’accord avec vous, on a l’impression que c’est un remake de 2000, 2012. Parce que la question de fond aujourd’hui sera la question du 3e mandat. On ne réfléchira plus sur le Sénégal, sur les enjeux du moment, sur la question de la pauvreté, sur l’éducation, sur quelle société nous voulons bâtir, etc. Ces questions qui doivent être la base d’une élection présidentielle vont être carrément occultées autour d’un slogan : Non au 3e mandat », a-t-il répondu.

Cheikh Moussa SARR
Pape Doudou DIALLO (Photo)

6 novembre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article