LES TERMES DU NOUVEL ACCORD DE PÊCHE PLÉBISCITÉ PAR LES DÉPUTÉS EUROPÉENS

news-details
EXPLOITATION DES RESSOURCES HALIEUTIQUES

Le Parlement européen a révélé les termes du nouveau partenariat de pêche avec le Sénégal. Lequel, vise à "promouvoir une politique de pêche qui encourage une exploitation durable des ressources halieutiques dans la région", devra permettre de "veiller à ce que les navires européens puissent continuer à avoir accès aux eaux sénégalaises."

Ainsi, les députés européens ont donné leur approbation à la conclusion du protocole renouvelé offrant des opportunités aux pêcheurs français, espagnols et portugais, lit-on sur le site du parlement européen, parcouru par Emedia.sn. La source signale que le texte a été adopté par 524 voix pour 47 contre et 115 abstentions.

Les négociations pour un nouveau protocole de cinq ans ont débuté le 19 juillet 2019, et le partenariat de pêche durable conclu s’applique de façon provisoire depuis sa signature le 18 novembre 2019. Le protocole prévoit des possibilités de pêche pour un maximum de 28 thoniers senneurs congélateurs, 10 canneurs et 5 palangriers d’Espagne, du Portugal et de France (10 000 tonnes par an) ainsi que des possibilités de pêche au merlu noir pour 2 chalutiers espagnols.

10 000 TONNES PAR AN CONTRE 1,1 MILLIARD FCFA

La contribution financière annuelle de l’UE est de 1,7 million d’euros (environ 1,1 milliard FCFA), dont 800 000 euros (environ 526 millions FCFA) de droits d’accès aux eaux sénégalaises. Les 900 000 euros restants (591 millions FCFA) fournissent un soutien sectoriel au développement de la politique de pêche du Sénégal, notamment par l’amélioration du contrôle de la pêche, le développement de la recherche et de la collecte de données dans le domaine de la pêche, et la certification sanitaire des produits de la pêche.

Par ailleurs, les députés ont adopté une résolution connexe par 583 voix pour 43 contre et 60 abstentions, qui recommande plusieurs actions prioritaires en matière d’appui sectoriel. Ces priorités incluent la modernisation du contrôle de la pêche par l’amélioration du repérage par satellite des navires de pêche, et l’utilisation de journaux de bord électroniques, le soutien à la lutte menée par le Sénégal contre la pêche illégale par le renforcement du contrôle des navires dans le port de Dakar et le développement des capacités scientifiques et de la collecte de données.

Des termes d’un nouvel accord révélé au moment où beaucoup de jeunes la plupart des pêcheurs empruntent des embarcations de fortune pour tenter de rallier l’Europe, dans la résurgence du phénomène de l’émigration irrégulière notée ces dernières semaines avec son lot de morts presque quotidien. Parmi leurs motivations, ces pêcheurs-migrants dénoncent justement ces licences de pêche.

Vous pouvez réagir à cet article