LES TERRIBLES CONFESSIONS D’OUSSEYNOU SY : « JE NE REGRETTE RIEN »

news-details
BRESCIA

Ousseynou Sy, arrêté après avoir mis le feu au bus qui transportait des élèves en Italie, a passé une première nuit mouvementée en prison. Il a dû faire face à une révolte des autres prisonniers. Le Corriere della serra, rapporte un jet incessant d’œufs et d’oranges contre la porte de sa cellule. Sans s’arrêter et sans lui permettre de dormir.

D’après la source, la direction de la prison a alors décidé de le déplacer du cinquième rayon au département protégé où sont logés tous les criminels qui risquent le lynchage dans leur cellule.
Ce qui est loin d’ébranler le détenu puisque dit-il, selon les médias italiens, « je n’ai pas peur ici. »

Pour l’heure, son avocat, David Lacchini, agit pour l’y extraire en plaidant des circonstances atténuantes selon lesquelles son client montre « des signes évident de déséquilibre. » Puisque révèle la robe noire, au terme de l’interrogatoire, ce dernier (Ousseynou SY) voulait faire « une action démonstrative » pour avoir « pas un impact national mais un impact international maximum. »

En outre, l’avocat a déclaré qu’Ousseynou Sy avait « salué la politique italienne en matière de migration » et que son message était que « personne d’Afrique ne doit venir en Europe. » Au cours de l’interrogatoire, ce dernier aurait également soutenu « avoir agi après avoir entendu des voix d’enfants mourants en Méditerranée. »

« Repentant ? Pas de repentance. C’était quelque chose que je devais faire et que je referai. Cent fois. Pourquoi je l’ai fait ? Pour envoyer un signal à l’Afrique. Les Africains doivent rester en Afrique. »

Vous pouvez réagir à cet article