image

LES TRAVAILLEURS S’OPPOSENT A LA LIQUIDATION DE LEUR GROUPE

image

Les travailleurs du groupe Excaf Télécom étaient nombreux, ce lundi matin, devant leur siège sis à la Sodida pour dénoncer une tentative de liquidation de leur groupe par Canal International. A l’occasion, ils ont indexé l’Etat du Sénégal comme étant le principal responsable de cette situation. « Nous nous sommes mobilisés pour dire non à une tentative mafieuse de liquidation du groupe Excaf Telecom par le groupe Canal International. Une entreprise française qui n’a cessé de nous causer d’énormes difficultés depuis que nous avons gagné le marché de la TNT. Nous savons ceux qui sont derrière cette décision-là. Nous les connaissons très bien. Ce sont des Sénégalais qui ont trahi leur pays, qui sont derrière Canal. Et nous les travailleurs d’Excaf n’accepterons pas cela », a dénoncé Lansana Diandy, Secrétaire Général de la section Synpics Excaf Télécom.

Il a condamné la sortie d’un ministre de la République du Sénégal qui aurait soutenu que tous les Sénégalais ont besoin de Canal. « Vous avez tous entendu un ministre de la République dire que tous les Sénégalais ont besoin de Canal. Il est payé par le contribuable sénégalais, et il devait être le premier à défendre une entreprise nationale. Il renie le peuple Sénégalais pour défendre les intérêts des colons. Ce néocolonialisme doit s’arrêter. Allez chercher partout, vous ne verrez nulle part un décret de l’Etat du Sénégal depuis le Président Abdou Diouf jusqu’à présent qui autorise Canal à diffuser au Sénégal. Alors, vous voulez qu’on collabore avec une entreprise illégalement installée au Sénégal et qui exploite les Sénégalais. Nous sommes plus de 500 employés. Nous sommes présents partout dans les 14 régions du Sénégal ».

C’est pour cette raison qu’ils ont invité l’Etat du Sénégal à prendre ses responsabilités afin de soutenir cet « empire » qu’est l’entreprise nationale Excaf Telecom. « Aujourd’hui, si nous perdons notre monopole de l’audiovisuel, ce qui veut dire demain Canal peut imposer la vision occidentale au Sénégal. La vision qui nous faire perdre nos valeurs religieuses, culturelles. Et demain, qu’est-ce que cela va devenir pour nous enfants », a-t-il aussi dit.
Cheikh Moussa SARR

Cheikh Moussa SARR

7 mars 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article