image

LES TRAVAILLEURS SONNENT L’ALERTE ET ANNONCENT UN SIT-IN LUNDI

image

Expresso Sénégal filiale de Sudatel. SFR, 3e opérateur de téléphonie a lancé une nouvelle vague de licenciements, comme il l’avait annoncé il y a quelques mois. Une trentaine d’agents ont été licenciés. Face à cette situation, les travailleurs d’Expresso Sénégal exigent le respect de la législation sociale. « En effet, la situation sociale dans cette boite se dégrade de jour en jour du fait des manœuvres malsaines de la direction de l’entreprise consistant à licencier un nombre important de travailleurs par des subterfuges et autres prétextes fallacieux de pertes de revenus. Face aux nombreux scandales, les travailleurs refusent d’être les agneaux du sacrifice et rejettent catégoriquement les mesures anti sociales arrêtées par le top management dans le seul but de les remplacer frauduleusement par des prestataires de service », indique un communiqué parvenu à notre rédaction.

Non content d’avoir enclenché une procédure de licenciements collectifs de travailleurs pour des difficultés économiques, soutiennent les travailleurs, le voilà fouler aux pieds la loi en licenciant abusivement une trentaine de travailleurs par l’entremise d’un huissier de justice commis sur la base de fausses allégations. « La notification de sanction infligée aux travailleurs pour une participation à une manifestation syndicale plonge Expresso dans une crise profonde, comme si les travailleurs n’avaient pas le droit de manifester leur mécontentement à travers des pancartes.

Dans l’exposé des motifs qui leur a été servi par l’huissier, il n’est apparu nulle part un acte que l’on peut qualifier de voie de fait, au contraire, c’est la direction qui a enfreint un droit fondamental consacré par la constitution qui reconnait aux travailleurs le droit de se manifester.

« C’est la direction d’Expresso Sénégal se fiche pas mal de nos Institutions, à preuve de bonnes volontés se sont levées pour offrir leurs services aux deux parties afin de décanter la crise sociale qui sévit dans la boite, parmi lesquels il convient de citer, le Secrétaire général du Ministère des Télécoms et du numérique, ainsi que le Directeur chargé des affaires juridiques de l’ARTP qui ont pesé de tout leur poids pour convaincre les travailleurs à surseoir leur plan d’action », ajoute le communiqué.

Les travailleurs ont également soutenu que la Direction générale a rompu le dialogue, se radicalise et inflige des sanctions arbitraires à trente travailleurs (30) dont le seul tort est de dire non à l’injustice. « L’UNSAS après avoir observé jusqu’ici le déroulement de ce conflit, lance une alerte aux autorités et compte mobiliser ses troupes pour stopper les dérives de la direction d’Expresso.
Pour ce faire, un sit in sera organisé devant l’esplanade de la direction d’Expresso sise à la VDN, le lundi 22 août 2022 de 8 heures à 17 heures. Juste pour dire que : « TROP C’EST TROP ! ».

Cheikh Moussa SARR

20 août 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article