image

LES TRÉSORS DU BASSIN MIS SUR LE MARCHÉ

image

Dans 4 mois, l’Omvs (Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal) aura 50 ans d’existence. Ce demi siècle de vie qui sera célébré au mois de mars 2022, sera une occasion de faire une rétrospective dans la vie de cette organisation sous régionale qui regroupe le Sénégal, la Mauritanie, le Mali et la Guinée.

Dans un forum d’échanges de deux jours consacré aux opportunités économiques, ouvert ce lundi à Dakar, les autorités en charge du bassin ont montré leur disponibilité à s’ouvrir aux privés pour l’exploitation de ses potentialités. L’énergie en particulier. En 2015, les pays du bassin avaient décidé de mettre en place un marché commun de l’énergie. C’est dans ce sens qu’un nouveau réseau est en construction. Il va passer de 1700 à 4000 km à l’horizon 2025 et palliera à l’important déficit actuel en termes d’accès à l’électricité. Selon les autorités de l’Omvs, seuls 54% des ménages qui sont autour du bassin sont raccordés au réseau électrique.

D’autres opportunités comme le tourisme seront également mises en valeur. L’objectif est de préserver les potentialités historiques, écologiques, ethniques et culturelles des pays de l’Omvs, ensuite de favoriser et d’exploiter judicieusement ces atouts pour en faire bénéficier aux populations locales les retombées du tourisme.

« Les potentialités économiques sont dans l’ensemble de nos études économiques des projets que nous avons. Je cite l’exemple du projet de navigation. « Aujourd’hui, avec ce projet qui va démarrer, c’est toute la vie économique des cités qui sont sur le long du fleuve Sénégal qui sera impactée. Je peux citer Matam, Podor…, ces localités ont perdu leur lustre d’antan au profil de la ville de Ourossogui qui se trouve sur la route. Mais avec le projet de navigation, ces communes vont avoir une nouvelle activité économique », fait savoir le ministre de l’Eau et de l’Assainissement du Sénégal, Serigne Mbaye Thiam.

Pour le Haut commissaire de l’Omvs, le malien Hamed Diané, il s’agit de rendre utile les ’’trésors’’ du bassin. « C’est au prix de grands sacrifices que la Guinée, le Mali, la Mauritanie et le Sénégal mobilisent et remboursent solidairement les investissements nécessaires à la réalisation des programmes de développement dans le cadre de l’Omvs. Il est de notre devoir d’explorer tous les chemins qui mènent au succès, c’est-à-dire à l’essor du bassin et à la prospérité de nos pays. Les terres agraires disponibles, l’électrification progressive, les richesses minières de l’hinterland, le transport fluvial …voilà les trésors du bassin, les leviers d’un emploi massif des jeunes, d’une autonomisation des femmes, d’un réel changement d’échelle dans la vie des populations. C’est pourquoi j’invite instamment les acteurs économiques de nos pays, à commencer par ceux qui nous ont fait l’honneur de leur présence, à se rapprocher de l’Omvs, à découvrir le potentiel créé’’, a-t-il indiqué.

Babacar FALL

14 décembre 2021


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article