image

LES URNES ATTENDENT LES ÉLECTEURS

image

Les votants ne se bousculent pas pour élire leurs représentants. À l’école HLM Grand Médine des Parcelles assainies, ce n’est pas encore le grand rush.

Le ciel est gris et nuageux en ce jour de vote. Les votants viennent par compte-goutte. Il est 8h. Le vote a pu débuter dans les dix bureaux du centre de vote sauf pour les bureaux 10 et 5. Malgré ce petit désagrément, les électeurs ont pu démarrer même si certains bureaux de vote de l’établissement attendent toujours les votants.

À l’entrée de l’école, les policiers veillent au grain. Dans la grande cour de l’établissement, un à un, les électeurs attendent patiemment leur tour. Habillé d’une chemise à carreaux et d’un pantalon en jean, Abdoulaye Diop fait la queue au niveau du bureau de vote 1 tout en jetant un regard un peu partout. Le trentenaire a tenu à se lever tôt pour venir remplir son devoir civique. « C’est important pour tout citoyen de venir voter », estime-t-il.

C’est au tour de Mariama Diallo après quelques minutes de patience. Elle pénètre sereinement dans le bureau de vote. La jeune femme émarge avant de commencer le vote. Elle choisit d’abord un à un les huit listes. La femme âgée de 29 ans se dirige ensuite au niveau de l’isoloir et y revient quelque minute avec l’enveloppe qu’elle met dans l’urne. Mariama trempe sa main dans l’encre indélébile, signe et récupère sa carte d’électeur avec le sentiment du devoir accompli. Pour la jeune femme, le vote lui permet de montrer que sa voix compte. « Il est important car c’est toi qui décide qui va te représenter à l’hémicycle », juge-t-elle tout en espérant des élections apaisées.

« Je n’ai pas pu voter car ils disent que mon nom ne figure pas dans le fichier électoral », crache Aida Touré avec amertume. Venue à 7 h, la jeune femme repart bredouille. Frustrée, le visage déconfit, elle a du mal à cacher son amertume. « J’ai toujours voté dans ce centre. Je ne comprends pas d’où vient le problème », dit-elle dépitée.

Angélique Coly vient tout juste de voter. C’est en titubant qu’elle se dirige vers la sortie. La soixantaine révolue, elle a tenu à venir pour dit-elle montrer l’exemple. « C’est notre rôle en tant que citoyen peu importe notre âge », clame-t-elle comme pour inviter les jeunes à venir voter en masse. La bonne dame prie pour la paix et le calme à l’issue de ces élections.

Arame NDIAYE (Stagiaire)

31 juillet 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article