image

LES VÉRITÉS DU GÉNÉRAL SECK

image

Plusieurs coups d’Etat sont notés en Afrique de l’ouest ces dernières années notamment au Mali, Burkina Faso et la Guinée. Interrogé sur cette question, l’ancien Cemga, Mamadou Mansour Seck, pense que ces coups d’Etat nous rappellent ce qui se passait il y’a 20, 30 ans. C’est la raison pour laquelle il se facilite des dispositions prises par la Cedeao pour sanctionner les auteurs de ces actes antidémocratiques. "Je pense que la Cedeao a bien fait d’avoir une convention que 16 pays de la sous-région ont accepté. Et le principe général numéro 1 est que les pays soient dirigés par des gens élus. Ce qu’on appelle l’ordre constitutionnel", a-t-il indique lors de l’émission Jury du dimanche sur Iradio 90.3. Avant de poursuivre : "Tout autre système de gouvernance devrait être banni et il y a des sanctions en adéquation avec la situation. C’est la raison pour laquelle les sanctions de la Cedeao se justifient".

Selon le général à la retraite, Mamadou Mansour Seck, les militaires ont été formés pour aller au combat, non pour faire de la politique. Ils doivent rester dans les casernes. Et c’est la règle. "Le plus souvent ce sont les forces spéciales, renseigne-t-il. Qu’est-ce qu’elles ont de plus que les autres ? Elles sont mieux équipées, mieux préparées à tout point de vue et elles sont à côté du pouvoir. Elles connaissent les forces et les faiblesses etc. Mais ça, ce sont des positions individuelles qu’on ne peut pas prévoir".

En définitive pour le Général Seck, les coups d’Etat militaires sont à bannir. "Ceux qui gouvernent doivent être des gens élus par le peuple. Les militaires sont des citoyens comme tout le monde mais ils ont choisi au départ une voie particulière avec des règles. On ne peut pas mélanger les militaires avec le reste", souligne-t-il. Sur la question de savoir pourquoi le Sénégal ne connait pas encore de coup d’Etat, le général Seck rétorque : "nous avons une armée républicaine qui ne se mêle pas de la chose politique".

Cheikh Moussa SARR
Photo : Abdoulaye SYLLA

6 février 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article