LETTRE-RÉPONSE : ABDOU MBOW CHARGE ABDOULAYE BATHILY

news-details
POLITIQUE

La réponse du berger à la bergère, servie par Abdou Mbow. « Professeur Bathily, sortez donc des liens de la Pensée Unique et de votre nostalgie politicienne », a répliqué le 1er Vice-Président de l’Assemblée nationale, porte-parole adjoint de l’Alliance pour la République (APR, parti au pouvoir) dans une lettre-réponse reçu à Emedia.sn qui avait révélé, en exclusivité, les propos du Professeur Bathily, tenus lors d’un webinaire consacré à l’engagement politique et citoyen d’Amadou Mahtar Mbow, samedi dernier. "On va vers le chaos", a prédit l’ex-membre du front ’’Siggil Senegal’’, selon qui les évènements de mars ramènent le Sénégal "à la case de départ".

"Il existe des hommes qui ont comme marotte de toujours vouloir « refaire le match », ou de se découvrir des talents « d’inspecteurs des travaux finis », a réagi l’apériste. Qui, saluant la tenue du panel, a souligné que "tout le Sénégal s’est félicité de cette fête qui faisait honneur, nul ne le contestera, à un grand homme de notre pays. Mais ce panel fut l’occasion pour certains de revenir sur une vaine polémique, qui en 2012, avait fait long feu, et qui véhiculait une fausse idée que le président Macky Sall, élu avec l’élan de tout un peuple qui avait soif d’une autre manière de faire de la politique, avait dès sa prise de fonctions au sommet de l’État, a renié les conclusions des Assises Nationales, dont personne n’avait pourtant douté de la pertinence et du bien-fondé de ses conclusions."

"La campagne électorale alors menée par le candidat de la Coalition Macky 2012, puis de Benno Bokk Yaakaar, n’injuriait en rien les thèmes contenus dans les conclusions des Assises Nationales, mais s’était déroulée selon un agenda "précis et un timing qui ne dépendait pas justement des accords d’appareils politiques toujours teintés de soupçons de « partage de gâteau », a-t-il tenu à rectifier.

Ajoutant que "c’est ce qui caractérise les sentiments de ces hommes politiques autoproclamés « historiques », du fait d’avoir milité à l’époque de Senghor, au 20ème siècle donc, et d’avoir goûté à la lutte clandestine, dont ils ont fait une médaille à s’épingler sempiternellement au revers de leurs costards. La victoire du dernier arrivé dans la course à la présidentielle leur reste au fond du gosier et c’est toujours en s’étouffant qu’ils refont continuellement le match de 2012. Cette attitude ancrée dans le déni d’une société sénégalaise en quête « d’autrement », pousse le Professeur Abdoulaye Bathily à emprunter des raccourcis qui lui facilitent l’expression de sa bavarde opposition, sidéralement vide de toute proposition."

"À tous ceux qui veulent encore « refaire le match », le Président Macky Sall a été élu sur la base d’un programme, qui avait pour « signature programmatique » Yonnu Yokkute, programme qu’il a mis en œuvre à travers le PSE (Plan Sénégal Émergent) à la satisfaction des populations qui l’ont réélu dès le premier tour en 2019. Les urgences auxquelles le Sénégal est confronté, avec notamment l’épineux problème de l’emploi des jeunes et de leur formation, nous interdisent d’aller faire assaut de rhétorique politicienne, dans des débats de « troisième mi-temps ». Le Chef de l’Etat est concentré sur le programme PAP2 A (Plan d’actions prioritaires ajusté et accéléré), conçu pour poursuivre la courbe ascendante des bonnes actions au grand bénéfice des populations", a-t-il indiqué.

Non sans ajouter que "le Professeur Abdoulaye Bathily est d’une autre époque et incarne une curieuse façon de faire la politique, nostalgique qu’il est de la pensée unique. Il lui est plus facile d’emboucher les trompettes du catastrophisme et de jouer les Cassandre en martelant sans génie aucun ’’qu’on va vers l’inconnu, vers le chaos, si on n’engage pas le processus qui a conduit aux Assises nationales".

Vous pouvez réagir à cet article