LEVÉE DU CORPS DE DJIBRIL TAMSIR NIANE AVANT SON RETOUR AU PAYS NATAL, EN GUINÉE

news-details
CULTURE

Bien que fermée pour cause de reconstruction, la Mosquée Omarienne a accueilli ce vendredi, 12 mars, la cérémonie de levée du corps de Djibril Tamsir Niane. L’écrivain et historien guinéen est décédé dans la nuit de dimanche à lundi, à Dakar, des suites d’une longue maladie, à l’âge de 89 ans.

Famille, proches, amis, et collègues lui ont rendu un dernier hommage avant le retour au pays natal, la Guinée, où il sera inhumé lundi. Un deuil national y sera tenu le même jour.

"Le doyen Djibril Tamsir Niane est pour nous, historiens, un monument, qui a fondamentalement modifié les perspectives de l’étude de l’histoire africaine et de son écriture, a témoigné Pr Abdoulaye Bathily. Ses œuvres parlent d’elles-mêmes non seulement à travers la découverte qu’il a faite de l’histoire du Mandingue, mais également son œuvre générale. Parce qu’il a contribué à l’histoire générale de l’Afrique. Qui, sous l’impulsion d’Amadou Makhtar Mbow, à l’UNESCO, a été écrite. Et a renouvelé entièrement nos connaissances sur le passé de notre continent."

"Il a participé pleinement à l’éveil culturel de la Guinée et de l’Afrique. Qui perdent en lui un immense homme culturel et un historien émérite. Que la terre de Guinée qu’il a tant aimée et tant servie lui soit légère", a ajouté l’Ambassadrice de Guinée au Sénégal, Aminata Kobele Keïta.

Le ministre de la Culture, Abdoulaye Diop a relevé que "cet éminent professeur est un Sénégalais de cœur, qui a fait, en tout cas, la fierté de l’intelligensia africaine."

Une chose est sûre, le défunt laisse un important patrimoine culturel au continent.

Djibril Tamsir Niane, né en 1932, est le père de Katoucha Niane, l’une des premières mannequins noires internationales et inhumée le 14 mars 2008 à Conakry.

Il est l’auteur, entre autres publications, de Soundjata ou L’épopée mandingue, son ouvrage le plus connu.

Publications

Soundiata ou L’Épopée mandingue, Paris, Présence africaine, 1960

Recherche sur l’empire du Mali au Moyen Âge, suivi de Mise en place des populations de la Haute-Guinée, Paris, Présence africaine, 1975

Méry (recueil), 1975

Contes d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Présence africaine, 1985

Histoire des Mandingues de l’ouest’, Paris, Karthala, 1989

« Le Mali et la deuxième expansion mande » dans 6*7Histoire générale de l’Afrique, vol. IV, 1991

Théâtre

Sikasso, ou La Dernière citadelle

Chaka

Contes

Contes d’hier et d’aujourd’hui, 1985

Contes de Guinée, 2006

Vous pouvez réagir à cet article