LICENCIEMENT DE 123 AGENTS, DONT 11 JOURNALISTES À FRATERNITÉ MATIN

news-details
CÔTE D’IVOIRE

La société nouvelle de presse et d’édition de Côte d’Ivoire (SNPECI), éditrice du quotidien pro-gouvernemental ivoirien, Fraternité Matin, a annoncé le licenciement pour « motifs économiques » de 123 agents dont 11 journalistes. Selon plusieurs médias ivoiriens consultés par Emedia.sn, les agents licenciés devraient quitter l’entreprise de presse à partir du mardi 18 décembre prochain.

A travers un communiqué signé de son Directeur général adjoint Abdel Serge Nouho, la SNPECI justifie sa mesure par les difficultés qu’elle connaît depuis quelques années, ayant conduit à l’adoption d’un plan de restructuration. Lequel débouche sur « un problème de réduction des effectifs ». La société, qui a enregistré des pertes cumulées à hauteur de 2,3 milliards F CFA entre 2012 et 2017 et près de 10 milliards F CFA au total, indexe « la dégradation de son outil de production, le niveau pléthorique de son effectif et l’absence d’une vision stratégique clairement définie et acceptée par tous » comme à l’origine de ses principaux maux.

« La phase de départs volontaires ayant pris fin, le licenciement pour motifs économiques s’impose à la direction générale comme option ultime pour permettre les ajustements d’effectifs nécessaires au redéploiement efficace des autres composantes du plan envisagé », lit-on dans le communique, qui précise que la phase de départs volontaires a enregistré 32 partants.

Créé le 9 décembre 1964 par l’ancien président de la République de la Côte d’Ivoire Félix Houphouët-Boigny, le quotidien Fraternité Matin (couramment appelé Frat’ Mat’) est un média d’Etat, avec moyenne de 25 000 exemplaires par jour.

Vous pouvez réagir à cet article