LINGUÈRE : LE PRÉFET BRANDIT LE BÂTON POUR LE RESPECT DES GESTES BARRIÈRES

news-details
SOCIETE

Mbassa Sène, le Préfet de Linguère menace de sortir le bâton pour le respect des gestes barrières. Un relâchement est constaté depuis l’annonce des mesures d’assouplissement. Ce, au moment où les ressources mobilisées pour la gestion du confinement se sont épuisées.

"Nous étions à un montant de plus de huit millions, dit le Préfet par ailleurs président du Comité de gestion de la pandémie de Linguère, faisant son bilan d’étape au micro de Radio Sénégal. Nous avons déjà dépensé plus de sept millions. Il ne reste que 255 mille actuellement en caisse. Qui nous ont permis de prendre en charge notamment des ’’daaras’’ suite au confinement des talibés. Mais également la gestion du confinement des personnes mises en isolement depuis l’apparition du virus" dans la commune.

Ainsi, le relâchement gagne du terrain suite à la guérison des six cas déclarés positifs à Linguère. Ce que l’autorité administrative prévoit de rectifier au plus vite : "nous avons constaté que depuis l’application des mesures d’assouplissement, les populations ont tendance à baisser les bras. Ce qui n’est pas normal. Puisque c’est le moment plus que jamais de serrer la ceinture mais également de respecter plus qu’hier les mesures barrières."

C’est pourquoi, il menace d’appliquer la loi dans toute sa rigueur : "nous allons donc travailler avec les forces de défense et de sécurité. Parce que maintenant il va falloir utiliser la carotte mais aussi le bâton s’il le faut. De ce point de vue, on ne va pas laisser les efforts accomplis tomber à l’eau. Alors qu’on a la possibilité de continuer le combat et de faire respecter les mesures barrières."

Pour finir, il lance un appel à toutes les bonnes volontés à remettre la main à la poche pour mieux se préparer à toute éventualité.

Selon les résultats d’une étude commanditée sur place par les autorités municipales, le premier réflexe des personnes interrogées, est de sortir le masque de leur poche.

A ce jour, 5884 cas ont été détectés au Sénégal dont 3919 guéris, 84 décédés. 1884 sont sous traitement dans les différents centres prévus à cet effet.

De 17 hier, 21 cas graves sont pris en charge en réanimation, selon le bulletin du jour lu par Dr Aloyse Waly Diouf, le Directeur de Cabinet du ministre de la Santé et de l’Action sociale.

Vous pouvez réagir à cet article