LOI PORTANT CRIMINALISATION DU VIOL : UNE DISSONANCE DE COULEURS À L’ASSEMBLEE

news-details
ASSEMBLÉE NATIONALE

La mobilisation des associations de femmes a porté ses fruits. Indignée par la vague de violences perpétrée sur les femmes, celles-ci ont enclenché le mouvement pour dire ’’Dafa doy’’ (ça suffit, plus jamais ça). Percevant leur cri de cœur, le chef de l’Etat, Macky Sall, n’avait pas tardé à réagir. D’où l’examen du projet de loi portant criminalisation du viol et de la pédophilie, ce lundi, 30 décembre, en plénière, à l’Assemblée nationale. Pour le plus grand bonheur, entre autres organisations de femmes, l’Association des juristes sénégalaises (AJS). Dont les membres, après avoir rué dans les brancards, ont finalement changer d’avis pour applaudir.

Toutefois, à 10 heures passées, les députés ne sont pas encore au complet. Des retardataires se font toujours attendre. Rappeler que l’ouverture de la séance était annoncée à 09 heures.

Dissonance dans le choix des couleurs

A signaler, par ailleurs, parmi ceux qui sont présents, un manque d’harmonie dans les couleurs. Cela, suite à l’invitation faite aux femmes et aux jeunes filles de porter du blanc. En orange, Mame Diarra Fam assume : « Tout ça, c’est du cinéma. La couleur importe peu ». Une autre députée est venue en bleu, une autre en rose fuchsia.

Se sentant exclus, des députés-hommes n’ont pas manqué de rouspéter. Certains dont Mamadou Lamine Diallo (opposition) et Abdou Mbow (mouvance présidentielle), ont, eux, respecté le dress-code.

A côté de Samba SY, le ministre du Travail, du Dialogue social et des relations avec les Institutions, déjà sur place, Me Malick Sall, (ministre de la Justice), va défendre le projet de loi.

Les femmes du ministère de la Femme, de la Famille, du Genre et de la Protection des enfants ont effectué le déplacement.

Vous pouvez réagir à cet article