LR DU TEMPS : « L’OPPOSITION DEVAIT GAGNER DAKAR »

news-details
PRÉSIDENTIELLE 2019

L’opposition a perdu. Telle est l’analyse de Mouhamadou Ngouda Mboup, enseignant-chercheur en droit public à la Faculté des Sciences juridiques et politique de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD). Invité de ’’LR du temps’’ ce dimanche 3 mars, émission présentée par Alassane Samba Diop sur iRadio (90.3), il dit : « Le Sénégal a triomphé et gagné parce que contrairement à ce qui se passe et ce que nous connaissons en Afrique aujourd’hui, tout s’est passé calmement le jour du scrutin (dimanche 24 février) sans heurts. »
Aussi, souligne-t-il, « ce que je peux retenir, c’est qu’en réalité il y a des résultats qui sont sortis. Donc, les organes habilités à cet effet, ont fait leur travail. Le président Macky Sall a été proclamé vainqueur de cette élection mais il y aussi d’autres enseignements par rapport aux forces et poids qui étaient là. Je pense que si nous faisons une lecture approfondie, nous pouvons percevoir qu’il y a eu beaucoup d’erreurs de la part de l’opposition sénégalaise, qui, à mon avis, on peut ne pas dire que ce n’est pas le président Macky Sall qui a gagné mais c’est l’opposition qui a perdu. » Pourquoi ? « Parce qu’on pensait que là où le président Macky Sall a fait le plein, l’opposition devait gagner à ce niveau. Dakar devait quand même tomber dans l’escarcelle de l’opposition parce qu’il y a des pontes qui étaient autour de la candidature d’Idrissa Seck avec la percée d’Ousmane Sonko. »

Dakar, la mère des batailles

« Dakar était un enjeu de taille », confirme Valdiodio Ndiaye, coordonnateur de la plateforme « Sunu élection ». Le deuxième invité de LR du temps relève : « Effectivement, les (soutiens d’Idrissa Seck) n’ont pas tellement pesé et, il y a aussi l’équation Khalifa Sall. Qui était hors de course. Depuis pratiquement les dernières élections, il a toujours gagné Dakar mais cette fois-ci il était hors de course, il faut aussi intégrer cette donne dans l’analyse. »

Dans le fond, ajoute le juriste, « tous les leaders politiques qui ont rejoint Idrissa Seck, qui avait autour de lui quasiment tous les recalés du parrainage, n’ont pas comme base affective politique Dakar. Donc, l’un dans l’autre, il faut aussi dire que le président Macky Sall a bien quadrillé la capitale et, pratiquement avec aussi le travail important qui a été mené par ses ministres qui se sont investis (Amadou BA aux Parcelles, Ismaïla Madior Fall à Rufisque, entre autres). Egalement, à Guédiawaye, il y a le maire Aliou Sall. »
Le membre de la société civile ne néglige pas « l’apport du Parti socialiste (PS) ». « Souvent, relève-t-il, on a l’habitude de le dire, le PS est moribond depuis l’exclusion de Khalifa Sall (et ses camarades) mais il ne faut pas oublier que c’est un parti qui demeure structuré. Il y a aussi l’AFP (Alliance des forces du progrès)

Globalement, Valdiodio Ndiaye se félicite « du déroulement du scrutin qu’il met à l’actif de la population sénégalaise. »

Vous pouvez réagir à cet article