LUTTE CONTRE LE TERRORISME : « LE CONTEXTE ACTUEL EXIGE UNE LOI SUR LA SÉCURITÉ INTÉRIEURE »

news-details
LR DU TEMPS

Bientôt une nouvelle loi dans le dispositif juridictionnel du Sénégal. Sur proposition du chef de l’Etat, Macky Sall, celle-ci sera soumise au Parlement, sous peu. Et vise à renforcer la sécurité intérieure notamment pour lutter davantage contre le terrorisme. Macky Sall en a fait l’annonce lors de la cérémonie de rentrée des Cours et Tribunaux.

Le Directeur de Warc, Ousmane Sène apprécie. Invité à l’émission Lr du Temps, ce dimanche, 12 janvier, Sène reconnaît que le contexte actuel exige de telles mesures. « L’idéal dans une démocratie, c’est que les libertés individuelles soient respectées. Mais, quand vous avez des circonstances spéciales, il faut accepter que des mesures spéciales soient prises », a-t-il déclaré. Selon lui, l’ambition des ’’djihadistes ’’dépassent de loin là où ils sont. « Leur ambition c’est l’océan. C’est-à-dire engloutir des pays comme le Sénégal et instaurer ici une sorte de Califat », pense-t-il.

Son co-débatteur, l’Economiste, Sanou Mbaye, même s’il reconnaît la nécessité d’une Loi contre le terrorisme qui est devenu un phénomène international, pense que les autorités doivent aller plus loin. « C’est bien d’avoir une loi. Mais elle doit s’attaquer aux causes », croit-il. Poursuivant, l’ancien fonctionnaire à la BAD (Banque africaine de développement) note que les causes du terrorisme restent la pauvreté, le chômage, l’exclusion, entre autres. « Ces maux affectent plus les jeunes qui représentent plus de 50% de la population. Donc, lutter contre le terrorisme, c’est aussi mettre en place des mesures pour éradiquer ces maux. Parce que, ce n’est pas acceptable qu’au Sénégal, en 2020, plus de 50% de la population, c’est-à-dire plus de 7 millions de personnes, vivent dans la pauvreté », déclare Mbaye.

Vous pouvez réagir à cet article