La coalition « Hadjibou 2019 » demande au Conseil constitutionnel de suspendre ses travaux

news-details
VÉRIFICATION DES LISTES DE PARRAINAGE

Les cadres de la coalition « Hadjibou 2019 » ont fait à la presse ce lundi, pour apporter des précisions sur le dossier de leur candidat à l’élection présidentielle de février 2019. Ces derniers demandent au Conseil constitutionnel de suspendre ses travaux, d’autant plus qu’il ne dispose pas de moyens techniques pour procéder convenablement à la vérification des listes de parrainages, estiment-ils.

Coordonnateur de ladite coalition, Pape Alioune Diallo a, d’emblée, précisé que le dossier de leur candidat n’a pas été définitivement rejetée. « Nous n’avons pas été recalés. Nous avons obtenu plus que le nombre exigé de signatures. Nous avons déposé 61 000 signatures. Nous avions donc été choqués de la réponse servie le Conseil constitutionnel. Les juges nous ont dit que notre dossier est rejeté pour "autres motifs". Nous attendons la remise du procès-verbal pour connaitre lesdits motifs », explique M. Diallo qui émet des doutes sur la fiabilité de la vérification.

« Nous doutons fort que le Conseil constitutionnel ait eu le temps de vérifier l’intégralité des dossiers. Les informaticiens mis à la disposition du Conseil constitutionnel ne sont pas en mesure de vérifier l’intégrité des conditions qui sont fixées et dictées aux différents candidats. Nous demandons aux juges de suspendre les travaux de vérification en cours. Ils sont en train d’utiliser des méthodes arbitraires qui ne sont pas basées sur des argumentaires scientifiques », a ajouté le coordonnateur du parti. Pour lui, les informaticiens du Conseil constitutionnel sont « incapables » de faire la vérification car, ils ne sont pas bien outillés. Estimant que la démocratie sénégalaise est menacée à moins de deux mois de la présidentielle de février 2019, le coordonnateur de « Hadjibou 2019 » demande au Chef de l’Etat d’appeler au dialogue. Puisque, prévient-il : « Quand il y a rupture de dialogue, s’enfuit une rupture de confiance et, le conflit est inévitable ».

Vous pouvez réagir à cet article