La recette du Forum civil pour un « scrutin sincère et paisible »

news-details
PRÉSIDENTIELLE 2019

Dans une déclaration parvenue à emedia.sn, le Forum civil formule toute son inquiétude face à « la situation hautement préoccupante notée (violence verbale et physique) dans la Campagne de la présidentielle de 2019. » Une tension, décryptent Birahim Seck et ses camarades, « assez révélatrice du défaut de consensus des acteurs impliqués dans le processus électoral en cours. »
En effet, soulignent-ils, « à la défiance entre acteurs politiques s’ajoute la méfiance des familles politiques vis-à-vis des institutions en charge de l’organisation (Ministre de l’Intérieur, autorités administratives déconcentrées), de la supervision (CENA, ARTP) et du règlement des litiges et contentieux électoraux (Cours, Tribunaux et Conseil Constitutionnel). »

« Un tel contexte est gros de danger, non seulement pour la stabilité de nos institutions mais aussi pour l’unité nationale notamment pour la paix sociale et la concorde nationale », lit-on dans le document. Lequel préconise qu’ « afin, de juguler ces moments d’incertitudes, il est de bon sens de rappeler aux pouvoirs publics sénégalais l’exécution de leurs sujétions républicaines, gages d’une bonne tenue de l’élection présidentielle. »

Selon « la réglementation en vigueur », le ministère de l’Intérieur et ses services centraux et déconcentrés, la Commission électorale nationale autonome (CENA), le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA), l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP), aux opérateurs de téléphonie (Sonatel, Tigo et Expresso), d’électricité (SENELEC), les Observateurs électoraux nationaux et internationaux, les Organisations de la Société Civile et la Presse, « conformément à leur mission respective », sont ainsi appelés à « acter les mesures et actions idoines afin de permettre l’expression démocratique des citoyens-électeurs dans des conditions répondant au corpus constitutionnel et aux standards internationaux. »

Ce qui, d’après le Forum civil, constitue la « seule et unique voie (permettant) d’avoir une élection présidentielle apaisée est de respecter scrupuleusement les principes classiques de la démocratie républicaine consistant à garantir l’expression et l’intégrité des choix des citoyens-électeurs par la qualité de l’organisation des opérations électorales et surtout le droit effectif à un juge indépendant. »

En somme, tranche l’association de la société civile, « l’élection présidentielle doit être gouvernée par les principes de transparence, d’égalité des citoyens, de la neutralité de l’Administration publique et enfin du respect du principe de l’indépendance de la justice. Que de vertus à appliquer pour éviter l’instabilité politique et institutionnelle. Le respect des obligations de veille et de neutralité sont attendues des Organisations de la société civile impliquées dans la mission hautement citoyenne de contrôle et de supervisions des opérations électorales. »

À l’Artp et au Cnra de ne pas entraver le travail des médias

A cet effet, le Forum Civil recommande : Aux autorités administratives déconcentrées (Gouverneurs, Préfets et sous –Préfets), « d’assurer la mise à disposition effective et à temps du matériel électoral au niveau de tous les bureaux de vote notamment la mise en place des bulletins de vote des candidats en qualité et en nombre suffisant , des listes d’émargements, des formulaire de prolongation du scrutin au cas où l’affluence le demande à l’heure de la clôture, des formulaires de réquisition du service d’ordre pour assurer la sécurité des personnes et du scrutin ainsi que de la qualité de l’encre indélébile. »

Aux présidents des Bureaux de vote, « de veiller au démarrage du scrutin aux heures indiquées, d’assurer la police des bureaux de vote en toute transparence et à équidistance des parties prenantes, d’assurer l’affichage des résultats issus du vote avant le renseignement du Procès-verbal. »

A l’ARTP et au CNRA, « de ne pas entraver le travail d’information des médias. »
Aux partis politiques, « de se faire représenter dans les bureaux de vote pour veiller à la sincérité du scrutin, de s’abstenir de toute forme d’intoxication et d’appel à la violence. » A la presse nationale et internationale, « de faire de preuve de prudence dans la transmission des résultats issus des bureaux et de s’abstenir de toute déclaration hâtive en faveur ou en dépens d’un tel ou tel candidat. »

Aux opérateurs de services de téléphonie (Sonatel, Tigo et Expresso), d’électricité (la SENELEC), « de garantir une continuité et une qualité sans reproche de leur service. » Aux Observateurs électoraux (nationaux et internationaux), « de faire preuve de vigilance, de pro-activité, et de documenter méticuleusement les informations relatives à la situation du scrutin. » A la CENA, « de veiller à l’application correcte de la loi électorale et dans toute sa rigueur. » A l’OFNAC, « d’être alerte sur la corruption électorale notamment les achats de conscience en nature ou en numéraire. » Aux citoyens, « d’exercer dans la tranquillité leur devoir civique de vote afin de préserver la paix et stabilité sociale. »

Vous pouvez réagir à cet article