Lancement campagne propreté ce jeudi au CICAD : Des mesures draconiennes attendues

news-details
Environnement

Le chef de l’Etat, Macky Sall, ne badinait pas lorsque dans son discours d’investiture prononcé le 2 avril dernier, à Diamniadio, il sonnait la « mobilisation générale » sur le plan environnemental. « J’appelle à la mobilisation générale pour forger l’image d’un Sénégal plus propre dans ses quartiers, plus propre dans ses villages, plus propre dans ses villes. En un mot, un Sénégal ’’zéro déchet’’, déclarait fermement le président nouvellement réélu le 24 février dernier avec 58 % des voix.

Déterminé, il lance la campagne nationale de promotion de la propreté au Centre international de conférence Abdou Diouf (CICAD), ce jeudi, 8 août. Selon le ministre de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique, Abdou Karim Fofana, interrogé par Radio Sénégal, il s’agit « de sensibiliser les populations aux comportements citoyens de nature à préserver l’environnement ». Sur ce point, prévient l’autorité de tutelle, le gouvernement n’exclut pas le bâton pour sanctionner les contrevenants aux règles de bonne conduite. « Au Sénégal, regrette-t-il, on ne sanctionne pas assez ou on ne sanctionne pas du tout. Cela aujourd’hui est une priorité, il faut sanctionner positivement c’est-à-dire récompenser ceux qui ont un comportement exemplaire mais aussi sanctionner ceux qui contreviennent aux règles de respect de vie commune ». Ainsi, l’annonce d’un certain nombre de mesures est attendue ce jeudi lors dudit lancement.

Toutefois, indique-t-il, « il ne faut pas se voiler la face. On ne va pas transformer tout le Sénégal en une année ou en quelques mois. Mais, on va travailler de façon à mobiliser les gens pour leur montrer d’abord que c’est possible. Pour changer de comportements, il faut éduquer les personnes, je ne parle pas simplement des enfants mais de nous éduquer nous-mêmes à préserver notre environnement ».

Déjà, les autorités étatiques ont le soutien des maires à l’instar de Soham El Wardini, l’édile de la capitale sénégalaise. « Dakar ville propre, c’est mon programme. Je l’ai annoncé dès que j’ai été élue le 28 septembre. J’ai dit que je ne voulais plus entendre citer Dakar parmi les villes les plus sales. Il faut que les populations soient impliquées », a-t-elle martelé, lors de l’Assemblée ordinaire du Conseil de la ville de Dakar.

Vous pouvez réagir à cet article