Le photojournaliste Mahmoud Shawkan recouvre la liberté

news-details
MEDIAS

Le photojournaliste égyptien Mahmoud Abu Zeid, dit "Shawkan’’, a été remis en liberté ce lundi 4 mars 2019 par les autorités égyptiennes. Il a purgé une peine près de 6 ans de prison selon la France 24. Il était détenu depuis 2013 pour avoir couvert la répression sanglante d’une manifestation d’islamistes au Caire. "Il est sorti à 6 heures (heure locale) du commissariat d’Al Haram, et il est actuellement chez lui", a confié à l’AFP Me Taher Aboul Nasr. Il n’est pas cependant exempté de toutes les sanctions. Shawkan devra observer un contrôle judiciaire strict pendant cinq ans, l’obligeant à dormir au commissariat de son quartier chaque soir. Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) a dénoncé lundi ces conditions.

Le coordinateur Moyen-Orient et Afrique du Nord de l’ONG, Shérif Mansour, cité dans un communiqué, a appelé "les autorités [égyptiennes] à mettre fin au traitement honteux de ce photojournaliste en supprimant toute condition à sa remise en liberté". Un tribunal l’avait condamné à cinq ans de prison en septembre 2013, ce qui couvrait sa détention. Mais le photographe est resté en prison plusieurs mois après cette décision, sa situation n’ayant pas été régularisée avec l’administration pénitentiaire au moment de la décision du tribunal. Lauréat du prix mondial de la liberté de la presse de l’Unesco en mai 2018, Shawkan était poursuivi pour "meurtre, tentative de meurtre et appartenance à un groupe terroriste", et risquait la peine de mort.

Vous pouvez réagir à cet article