Le village de Bagne Fall étrenne sa première case de santé

news-details
PIRE

Bagne Fall est un village situé dans la commune de Pire. Dans cette localité d’environ 300 âmes, les difficultés sont nombreuses. Pas d’infrastructures sanitaires ni éducatives, pas d’électricité, pas d’eau potable pour soulager les habitants. Pourtant, les tuyaux d’adduction du Lac de Guiers qui alimentent les populations de Dakar traversent le village. Et, même pour des soins primaires de pathologies comme la diarrhée, les populations de Bagne Fall étaient obligées d’aller jusqu’à Pire ou Tivaouane (distante de 8 kilomètres) pour se soigner.

Cette situation qui perdure depuis des générations a réveillé une certaine conscience chez les jeunes du village. À travers leur association dénommée And Défar Bagne (ADB), ils ont décidé de prendre à bras le corps leurs difficultés. Lasse de quémander la construction d’un établissement sanitaire chez les autorités locales, ADB vient de se doter, de par ses propres moyens, d’une case de santé qui a été inaugurée, ce samedi, par le sous préfet de Pambal. L’autorité administrative n’a pas manqué de se réjouir de l’initiative. « Le premier investissement humain, c’est la santé sans laquelle on ne peut pas parler de développement », a déclaré Ibrahima Bailo Ba.

Une école, le prochain challenge

Cette infrastructure sanitaire autofinancée d’une valeur de 12 millions F CFA va permettre aux villageois de panser leur pathologie de premier degré en cas de besoin. « Les maladies comme l’hypertension, la diarrhée et le diabète sont beaucoup plus fréquentes ici. Je pense que cette case de santé est venue à son heure. Elle va soulager les habitants de Bagne Fall », renseigne l’infirmier, chef de poste à Pire, Ibrahima Carvalho.

Après cette case de santé, les jeunes de Bagne Fall se lancent un nouveau challenge : la construction d’une école. « Nos jeunes frères font des kilomètres pour aller à l’école. Pourtant, il y a plus 150 élèves en âge d’aller à l’école et nous avons informé les responsables de l’Inspection académique dans ce sens. Mais jusque-là aucune réaction positive », a déploré le président de ADK, Bassirou Kane. M. Kane faisait son plaidoyer devant les journalistes en marge de l’inauguration de la case de santé et des consultations médicales gratuites initiées dans le cadre des activités du weekend culturel organisées, ce samedi, dans le village. Une cérémonie à laquelle une délégation de la mairie de Pire avait pris part.

Vous pouvez réagir à cet article