Les écologistes optent pour la constance

news-details
PRÉSIDENTIELLE 2019

La Convergence des écologistes du Sénégal (CES) a fait son choix. Face à la presse, ce vendredi 1er février, ses membres ont affiché leur option consistant à rester « constants » dans leur position depuis la présidentielle de 2012.
Pr Pape Meïssa Dieng de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (UGB) par ailleurs secrétaire national dudit parti politique et secrétaire général sortant de la Fédération africaine des partis écologistes explique : « Nous appartenons à une coalition depuis 2012, Benno Bokk Yakaar (BBY). On est rentré dans cette coalition par la coalition « Ak Tanor » parce que les écologistes ont toujours été avec les socialistes. En 2012, nous étions dans l’attelage gouvernemental (avec Haïdar El Ali ministre de l’Écologie et de la Protection de la nature dans le gouvernement d’Abdoul Mbaye, de 2012 à 2013). Donc, la constance qui nous caractérise, nous écologistes, ne nous permet pas de quitter les rangs. »
Ce qui veut dire tout simplement qu’aujourd’hui, ajoute-t-il, « nous sommes là pour officialiser notre appartenance à la Coalition BBY. Et, au soutien de la candidature du président sortant, Macky Sall. »
Une précision que Pr Pape Meïssa Dieng et ses camarades dont l’ancien ministre Pape Diouf, ont tenu à faire « pour clarifier (la) situation ». Ce, au moment où, indiquent-ils, « certains de (leurs) membres sont allés récemment rejoindre d’autres formations politiques et d’autres candidats ».

Pourquoi Macky Sall

« Les raisons pour lesquelles nous soutenons le président Macky Sall, c’est d’abord la constance et le bilan puisque quoi qu’on dise objectivement en sept (7) ans, il y a eu des réalisations palpables dans ce pays. Fort de ce constat, nous soutenons cette candidature. « Tout sénégalais de bonne foi qui rentre dans ce pays, qui évalue les réalisations, se dit quand même qu’il y a quelque chose qui a été fait. Moi, je dis que le temps des réalisations n’est pas le temps. On peut comprendre l’impatience des Sénégalais. En écologistes et pacifistes, nous donnons le temps au temps. Chaque vérité a son temps », déclare Pr Dieng. Qui s’empresse toutefois de préciser que « rien n’est parfait dans ce monde. La démocratie, c’est du construit. Les libertés sont bafouées mais au Sénégal vous avez le droit de dire alors que dans d’autre pays, vous n’avez pas ce droit. Au Sénégal, ce n’est pas totalement parfait mais il y a un embryon de respect des droits, on a une certaine liberté. Cette liberté totale, de dire et de faire ce qu’on veut, n’existe nulle part. Et, la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. »

Corrections à apporter dans les DAC

Concernant le bilan, les écologistes émettent toutefois des réserves notamment sur la conduite des Domaines agricoles communautaires (DAC). « Les DAC, soutiennent-ils, constituent un outil qui, s’il était mis en performance, aurait permis le retour dans les terroirs de beaucoup de jeunes sénégalais puisque c’est un instrument de développement endogène que beaucoup d’entre nous ignorent. Je sais qu’en Madagascar, le président Rajoelina est très demandeur pour la transposition de ce concept dans son pays. Donc, il y a beaucoup de choses qui se passent ici au Sénégal que nous ignorons nous citadins. Il faut aller dans le monde rural pour s’en apercevoir. Les DAC, il faut les démocratiser et leur trouver un ancrage institutionnel. On voit que cela dépend dès fois de la Présidence, de la Primature, il faut que les DAC soient ancrés au niveau des collectivités territoriales. C’est un gros travail mais ce n’est pas impossible. Nous, les écologistes, ce sont les deux éléments qui nous intéressent dans le programme du Plan Sénégal émergent (PSE). »

Leur message de paix

« Cité en exemple sur le plan électoral, le Sénégal n’a pas le droit de ne pas montrer l’exemple, lance Pr Dieng, soutenant que « le Sénégal vote depuis 1849. Le sentiment national doit nous animer nous tous pour que nous allions vers cette élection qui aura très certainement un gagnant et des perdants, que chacun accepte le sort qui lui sera réservé. Et que le lendemain qu’on continue à être des parents et des amis. »

Vous pouvez réagir à cet article