Les victimes du faux Kocc Barma racontent leur calvaire

news-details
Chantage sexuel

Elles sont trois à avoir accepté de raconter leur calvaire aux enquêteurs. I. Y, D.M et K.S se sont, pendant plusieurs mois, retrouvées dans le piège d’un dangereux maniaque sexuel. Modou Dièye se faisait non seulement passer pour « Kocc Barma », l’administrateur du site seneporno, mais encore il faisait croire à ses victimes qu’il serait protégé par des personnalités féminines très influentes avec lesquelles il entretenait des rapports sexuels.

Selon Libération, il ressort des différentes dépositions que Modou Dièye collectait des photos et vidéos de jeunes filles. Ensuite, il les contactait via les réseaux sociaux avec un profil identique à celui de « Kocc Barma » en leur affirmant qu’il avait leur vidéo intime avant de promettre de les supprimer en échange de faveurs sexuelles. Une fois que les victimes cédaient, il les invitait dans une chambre d’hôtel, et les filmait dans leurs ébats.

Et, il revenait à la charge à chaque fois qu’il avait besoin de satisfaire ses désirs sexuels si ce n’est encore pour exiger de l’argent à ses victimes qui se trouvaient doublement piégées. Lors de son interrogatoire sous le régime de la garde à vue, Modou Dièye a reconnu l’intégralité des faits qui lui sont reprochés. Mieux, il a précisé qu’il collectait les vidéos et les montait pour leur donner un caractère pornographique sur snapchat du pseudonyme de « Kocc Barma ». Pis, il reconnait avoir utilisé aussi des applications nuisibles pour « pénétrer » dans les téléphones des victimes et capturer leurs photos. Il a bénéficié d’un retour de parquet.

Vous pouvez réagir à cet article