MAA KEÏTA RACONTE SON COMBAT POUR LA CAUSE DES ALBINOS

news-details
"Femme extraordinaire"

Une des panélistes à l’exposition « des femmes extraordinaires en Afrique de l’Ouest », à l’actif d’Osiwa, tenue ce mardi 6 avril, au Musée de la Femme, Henriette Bathily, Maah Koudia Keïta a rendu un vibrant hommage à sa famille en particulier à sa maman, Ndeye Ndiaye, venue suivre sa présentation. Qui a été sidérée d’apprendre que, dans certaines ethnies, des parents enterrent leur bébé-albinos dès la naissance, selon les révélations de Mouhamadou Bamba Diop, le président de l’Association nationale des albinos du Sénégal (ANAS).

« C’est avec cette famille que j’ai eu le courage de mener un combat en faveur de ces personnes-là. C’est comme ça que nous avons formé une association il y a sept (7) ans. Cette association s’appelle ’’Care albinos’’, association sénégalaise pour la défense de la cause des albinos », plaide Maah Keîta, l’instrumentiste. Partageant son expérience, elle soutient « avoir eu la chance d’être née dans une famille qui a su la prendre en charge physiquement, moralement et psychologiquement », consciente que beaucoup d’albinos n’ont pas eu la chance comme elle de bénéficier de cet encadrement.

Dans le cadre de ses activités à la tête de son association, Maah Keïta dit avoir rencontré une femme dans un village du Sénégal, qui s’étonnait que son bébé pleurait toute la nuit. « C’est normal puisque l’enfant ne pouvait pas lui dire : "Maman, j’ai mal en raison des brûlures », s’apitoie l’activiste, en indiquant que la maman exposait son enfant toute la journée au soleil. Ce que les albinos ne supportent pas en raison de l’absence de mélanine.

Bassiste dans le groupe Takeifa qu’elle a formé avec ses frères, Maah Koudia Keïta se présente comme la première femme instrumentiste professionnelle du Sénégal. Elle est également activiste en faveur des personnes atteintes d’albinisme, actrice et mannequin. Très imprégnée du combat que mène sa fille, Ndèye Ndiaye s’est intéressée à une jeune élève albinos du Lycée John Fitzgerald Kennedy pour s’enquérir de sa situation. Les élèves du Lycée de l’Institution Notre Dame ont également fait le déplacement pour suivre les discussions.

Vous pouvez réagir à cet article