MACKY À COEUR OUVERT : « JE SUIS ISSU D’UNE LIGNÉE DE GUERRIERS »

news-details
CÉRÉMONIE DE DÉDICACE

Le président de la République Macky Sall a présenté, ce mardi, son ouvrage « Le Sénégal au cœur ». Une occasion qu’il a saisie pour solder ses comptes avec ses détracteurs. Mais également pour mettre les points sur les i sur certaines questions brulantes de l’actualité. Emedia.sn vous livre les moments forts du face à face entre le président de la République et les journalistes.

« Le but de cet ouvrage... »

« Le but de cet ouvrage n’est pas de faire le récit de notre combat politique. Je pense que d’autres feront le récit. Je me suis rendu compte que je ne suis pas assez connu. Mes origines, mon histoire peut être aussi, n’étaient pas assez connus. J’ai estimé que le moment était venu de parler un peu de moi-même. On a voulu me présenter pour ce que je ne suis pas, pour des raisons politiques. Cela n’est pas correct. Des gens, par la cupidité politique, par la volonté de détruire, veulent inventer une nouvelle histoire. Je dis non ! La vraie valeur chez l’homme ce n’est pas l’argent ou la richesse matérielle. La vraie valeur est dans l’être et dans la manière d’être et de se comporter. Je suis issu d’une lignée de guerriers. Ils préfèrent mourir que de perdre la face. Si on devait parler de l’histoire de chacun, ici, tout le monde ne serait pas à l’aise. Ce livre est juste un bref rappel historique. Je ne l’ai pas conçu pour être un lieu de polémique. Ce livre, je devais le faire pour rendre hommage à mes parents. Sans leur volonté, sans leur éducation, je ne serais pas Président de la république. Tout ce qui n’est pas en ma possession j’y renonce et je passe à autre chose. Je refuse d’être dépendant d’un désir. »

«  Si vous n’êtes pas riche, on vous taxe de « deum »

« Je parle en tant que africain puisque nous sommes méprisés par les autres continents. Si vous n’êtes pas riche, on vous taxe de « deum » (anthropophages) parce que juste vos êtes pauvres. Il faut que le monde comprenne que l’Afrique n’est plus ce continent colonisé. L’Afrique est maintenant un partenaire de référence. Il faut que nous soyons dans cette construction d’une Afrique unie. Nous sommes sur la bonne voie. Nous devons faire une introspection. Ce n’est pas parce que nous sommes un pays sous-développé que nous devons raser les murs. Il faut être fier de ce que l’on a et essayer de se hisser en haut de l’Afrique. »

« Tout ce Niangal »

« Tout ce « Niangal » (sévérité) dont on parle au-delà de la caricature peut être un masque simplement mais dans mes relations de tous les jours je ne suis pas toujours « Niangal ». Mais parfois, il faut un petit « Niangal » aussi. Ça dépend parce qu’il y a des gens tant que tu n’es pas dans le registre « Niangal », ils ne comprennent pas. C’est comme ça, tout le monde ne comprend pas mon degré. Je ne suis pas un révolutionnaire. Je suis pour l’ordre. Je suis contre l’indiscipline. On peut exprimer la liberté mais dans le respect de celle des autres.

« Evitez l’arrogance »

« Le pouvoir donne des avantages qu’on peut tirer de l’exercice du pouvoir mais, ça c’est secondaire. Mais, il ne faut pas que la finalité soit de profiter d’une situation. On profite des situations dans quel but. Est-ce que les populations mangent à leur faim ? Est-ce que la couverture maladie universelle a été améliorée ? Est-ce que la pauvreté a-t-elle baissée ? Voilà des questions que nous devons nous poser tous les jours et, cela doit impacter dans notre comportement. Evitez l’arrogance, parce qu’on est en mission. On a bénéficié de la confiance des populations. Et, pour en bénéficier, on est allé dans les quartiers pour les convaincre de la justesse et de la pertinence de nos politiques et de notre vision. Mais, en retour de grâce si les populations nous donne cette confiance, pourquoi les écraser ? Ce sont des comportements qui font perdre le pouvoir »

« Nous allons conquérir Dakar »

« Les gens semblent croire que Dakar ne nous est pas acquis. Cela est une fausseté. C’est aux élections locales de 2014 que nous avons perdu à Dakar. En 2016, nous l’avons reconquis. En 2017, lors du référendum, nous avons gagné à Dakar même si le taux était faible. Nous allons continuer notre combat pour gagner Dakar à l’élection présidentielle de 2019.
Il y a la pauvreté à Dakar. Regardez Dakar ! Il ressemble à quoi. Partout ce sont des parkings géants de véhicules. On ne peut plus circuler. Parfois ce sont des parkings, des espaces de vente de véhicules. Les maisons sont encombrées ? Vous croyez que cela peut continuer ? Il va falloir régler ce désordre. Cela ne va plaire à tout le monde. On me dira même qu’il ne faut pas dire ça à la veille des élections. Je le dirais quand même parce que nous devons avancer de façon déterminante sur nos ambitions. Je crois que le Sénégal peut être demain une étoile pour l’Afrique. »

« Nous ferons voter la loi sur la répartition des revenus futurs »

« La découverte du gaz et du pétrole est une fierté. Ces ressources, nous allons les sécuriser malgré les débats malsains. Tous les contrats miniers comme pétroliers sont publiés. Il n’y a rien de secret. Certains racontent n’importe quoi en disant que le Sénégal a perdu 90 milliards de FCFA. Ils ne savent rien de ce qu’ils disent. Et, ils n’ont pas la modestie d’aller demander avant de parler au public. Il y a un minimum de respect vis-à-vis du public. Il faut se documenter avant de parler. Nous ferons voter avant mi-janvier la loi sur la répartition des revenus futurs. Nous allons veiller à ce que tout l’environnement pétrolier puisse profiter au Sénégal »

« Ce serait illusoire de censurer les réseaux sociaux »

« Je ne vois pas des menaces sur le vote du projet de loi portant Code des communications électroniques. Ce serait illusoire de censurer les réseaux sociaux. Nous n’avons fait peser aucune menace sur la liberté de la presse. En tout cas, il n’y a aucun journaliste qui a été arrêté. Il n’y pas de mesures liberticides. »

« Les revenus du livre seront versés à l’école Aminata Mbaye »

« J’avais décidé que les revenus qui seront tirés de ce livre seront versés à l’école Aminata Mbaye. C’est une école pour les enfants déficients mentaux. Aminata Mbaye est une école que j’admire. Ce sont les promoteurs qui sont des bénévoles et qui financent l’école. Je vais demander au ministre de l’Education nationale de prendre le relais pour recruter des enseignants pour eux. Car, c’est une école pour enfant déficient mentaux »

Vous pouvez réagir à cet article