« MACKY ET IDY SONT DE GRANDS POLITICIENS ET GRANDS STRATÈGES »

news-details
JURY DU DIMANCHE/OUSMANE SÈNE

Son ralliement dans la mouvance présidentielle suivi de son installation à la tête du Conseil Economique Social et Environnemental continue de faire des vagues.
Certains parlent de deal politique entre Macky Sall et Idrissa Seck. Même si celui-ci dit avoir accepté la main tendue du chef de l’Etat pour relancer l’économie sénégalaise qui est à terre à cause de crise sanitaire liée à la maladie du coronavirus.

Invité du Jury du dimanche, Ousmane Sène, Directeur du WARC a livré son point de vue sur le compagnonnage entre les deux hommes. D’emblée, il déclare : « en politique, il ne faut jamais dire jamais parce qu’on percevait Idrissa Seck comme quelqu’un qui, là où il se trouve, ne pouvait chercher qu’une seule chose : la présidence de la République. Il a une présidence mais celle du Conseil économique social et environnemental. Il a avancé ses arguments mais je dirai ceci : Je constate qu’il a rejoint le président à un moment où on n’y pensait le moins ». Et d’ajouter : « Est-ce que c’est pour amener l’expertise dont on lui connaît qu’il se mette au travail au profit ? Si c’est des calculs politiques, je n’en sais rien. 2024, qu’est ce qui va se passer ? Est-ce que Idrissa Seck va travailler pour que Macky ait un troisième mandat ou alors est ce que Idrissa Seck est là pour que Macky Sall puisse l’aider à avoir le pouvoir en 2024 », s’interroge l’ancien chef de département anglais de l’UCAD. Qui pense que « ce serait une architecture extraordinairement bien menée et cela montre que les deux sont de grands politiques et de grands stratèges ».

A son avis, les jeux sont ouverts et le fait que Idrissa Seck soit à la tête de la présidence du CESE lui permettra de rattraper le train qui est en train de passer. Pour lui, Idrissa Seck demeure et reste le même. Il n’a aucun changement. « En le regardant, je ne lis pas un Idrissa Seck différent du Idrissa Seck que nous avons tous connu. Il y a de la constance dans ses initiatives inattendues », dit-il.

LES DÉSAVATANGES DE MIMI TOURÉ

Le cas Mimi Touré n’a pas laissé l’invité du Jury du dimanche indifférent. Le prédécesseur d’Idrissa Seck à qui on prête des ambitions présidentielles a d’ailleurs boudé la première réunion du secrétariat national de l’Alliance pour la république après le remaniement qui a vu beaucoup de ténors dudit parti quitter le pouvoir. Mais, de l’avis de Ousmane Sène, chacun peut avoir l’ambition de devenir président de la République. Il est légitime que les ambitions aient de l’ambition d’autant que celui qui n’a pas d’ambition ne va nulle part. Mieux, pense-t-il, Aminata Touré a raison de dire qu’avoir de l’ambition n’est pas un crime. Mais à en croire le Directeur du WARC, le problème de Mimi Touré c’est qu’elle ne sait pas fait adouber à Kaolack, elle ne sait pas fait adouber du côté de Kaffrine et Grand Yoff lui résiste toujours. « Il faut avoir une certaine carapace politique. Mais à ce jour, à part les postes qu’elle a occupés au niveau du gouvernement, elle n’a jamais eu un poste électif. Or, ce sont les postes électifs qui permettent de mesurer le poids politique de quelqu’un », analyse-t-il.

Quid de l’opposition ? Ousmane Sène constate qu’elle a un problème de personne. « Autant à l’APR des gens sont en train de partir, autant cette alliance-là, Macky Sall, tranquillement est en train de la renforcer. Parce que même ceux dont on parle en disant que ce sont des gens qui risquent d’être frustrés, le PS va aller où ? L’AFP va aller où ? », s’interroge-t-il.

Vous pouvez réagir à cet article