MACKY FÊTE SES 59 ANS, L’ÂGE DE LA SAGESSE ?

news-details
POLITIQUE

Né le 11 décembre 1961 à Fatick, le chef de l’État, Macky Sall, fête ses 59 ans, aujourd’hui vendredi. Le président de la République a gravi les échelons, pour se hisser au sommet de l’État, à 51 ans, devenant ainsi le plus jeune président du Sénégal après Abdou Diouf en 1981.


Ses origines entre Fatick et Fouta

Par son père, Amadou Abdoul Sall, manœuvre dans la fonction publique, puis gardien, il est issu d’une famille noble de Ndouloumadji Founebé, grands propriétaires terriens du Fouta, et de par sa mère, Coumba Timbo, attentive et très attentionnée à l’éducation de ses enfants, des Seebés, guerriers du Fouta. D’ailleurs, il a été éduqué entre le Sine et le Fouta, au sein d’une famille de six enfants.


Une fulgurante ascension politique

Bien qu’il fut Premier ministre du gouvernement de Wade, de 2004 à 2007, les premières fréquentations politiques du géologue de formation sont maoïstes, d’abord, au lycée de Kaolack. Ensuite, poursuivant ses études supérieures, à l’Université de Dakar, il intègre le mouvement marxiste-léniniste, And-Jëf, dirigé par Landing Savané. Macky Sall s’en éloigne plus tard pour voter en faveur du libéral Abdoulaye Wade, en 1983 puis en 1988.

Devenu membre du Parti démocratique sénégalais (PDS), il soutient le président Abdoulaye Wade, lors de l’élection présidentielle sénégalaise de 2000 que ce dernier remporte devant Abdou Diouf. Macky Sall est nommé ministre des Mines, de l’Énergie et de l’Hydraulique de 2002 à 2003, puis ministre de l’Intérieur et des collectivités locales de 2003 à 2004, et Premier ministre de 2004 à 2007. Avant d’atterrir au perchoir de l’Assemblée nationale, de 2007 à 2008, après avoir remporté les élections législatives. C’est à partir de là que les problèmes commencent entre les deux bêtes politiques. Macky Sall claque la porte de son ancien parti, après un conflit avec le président Wade, pour créer l’APR (Alliance de la République), parti avec lequel il remportera l’élection présidentielle de 2012, battant au second tour, son ex-mentor, avec 65 % des voix. Il a rempilé pour un second mandat depuis le 24 février 2019.

Le Plan Sénégal Émergent (PSE), lancé en 2014, constitue le référentiel de sa politique économique et sociale sur le moyen et le long terme.
A l’occasion de son anniversaire, ses proches y vont de leurs témoignages.
« Il est d’une grande fidélité en amitié », dit de lui un proche qui s’honore de cette proximité avec l’homme le plus puissant du Sénégal.

« J’apprécie chez lui son franc-parler et le silence qu’il garde malgré les attaques qu’il subit », affirme une admiratrice qui l’observe depuis longtemps.
Un autre proche ajoute : « à l’Université, quelque part un Sénégal en miniature, il a rencontré beaucoup de compagnons dont certains deviendront des figures marquantes de la scène politique. Son tempérament lisse ne l’empêchait pas d’analyser les situations pour engranger de solides dividendes qui l’ont aidé à asseoir sa propre trajectoire ».


Un homme mûr

S’il prend de l’âge, le Président se situe alors dans quelle tranche ? Est-il toujours jeune pour encore soulever des montagnes, comme le soutient un quinquagénaire rencontré à Liberté I aux abords du stade Demba Diop ?
Un autre, surpris par la question avance : « le Président Macky Sall devient presque à 60 ans, un homme mûr, qui ne s’aventure pas, réfléchit beaucoup avant d’agir et ne s’emporte pas même si les situations qu’il affronte sont difficiles. »

Des interlocuteurs, triés sur le volet, sont enclins à croire que le Président doit prêter plus attention aux jeunes et aux personnes âgées, donc diminuées. Sa faculté de comprendre les données d’un problème constitue un atout majeur pour prendre des décisions justes et sages.

Vous pouvez réagir à cet article