MACKY SALL : « IL RESTE ENCORE BEAUCOUP À FAIRE »

news-details
INONDATIONS

Malgré les importants moyens déjà investis, Dakar et sa banlieue pataugent. En réponse, le chef de l’État, Macky Sall, annonce un programme de renforcement de 500 millions F CFA du Plan décennal de lutte contre les inondations (PDLI). Des instructions fermes pour la libération des canaux d’évacuation des eaux pluviales ont été données. Dans l’immédiat, le gouvernement va renforcer les moyens de pompage à Keur Massar et dans d’autres zones inondées du pays.

Lors de la réunion d’urgence qu’il a convoquée au palais de la République, hier, le président Sall a, ainsi, commencé par "réaffirmer sa volonté de poursuivre les efforts de l’État pour lutter contre les inondations de façon durable." "Beaucoup d’efforts ont été, en réalité, faits mais, il reste encore beaucoup à faire compte tenu de tout ce qui a été dit sur le changement climatique mais également la gestion de l’occupation de l’espace parfois qui est en porte-à-faux avec les efforts de l’État notamment sur les attributions de terrains dans les zones non aedificandi, dans des cuvettes", a-t-il soutenu. "Donc, nous devons poursuivre les efforts qui sont engagés, a-t-il dit, exprimant "la solidarité de l’État" aux populations sous les eaux. "L’État sera à leur chevet, l’État sera présent et toutes les mesures sont arrêtées pour multiplier les efforts déjà en cours sur le terrain notamment dans le département de Keur Massar qui attire toute notre attention", a-t-il promis. Par ailleurs, a-t-il déclaré, "l’ensemble des gouverneurs de région et des préfets sont à pied d’œuvre pour qu’au niveau de chaque région qu’il y ait un suivi rapproché."

Donc, a-t-il souligné, "l’État va renforcer les moyens de pompage. J’instruis le gouvernement à renforcer les moyens logistiques et financiers déjà pour la matrice d’action prioritaire. Et, ils vont rajouter 500 millions F CFA au (PDLI). Ce qui met à 2 milliards 200 millions F CFA, les moyens d’intervention rapide. Mais s’il faudra aller au-delà, nous nous donnerons les moyens supplémentaires."

Pour finir, il a insisté sur "la libération de tous les exutoires d’eaux pluviales", martelant que "là aussi, il ne peut pas y avoir d’hésitation, lorsque les eaux de pluies sont obstruées, il faut détruire les obstacles qui empêchent les eaux de rejoindre leur point de destination qui est la mer. Il faut que cela aussi soit fait avec autorité et responsabilité".

Vous pouvez réagir à cet article