image

MACKY SALL PARLE DES MAÎTRES-CORANIQUES EN DÉTENTION

image

Les maîtres coraniques ont mis plusieurs doléances sur la table du président de la République lors d’une rencontre organisée, ce lundi, avec la communauté des daaras. Cependant, la doléance qui revient est la présence de certains maîtres coraniques dans les différentes prisons du pays. Ils ont sollicité du chef de l’Etat la libération de ces prisonniers afin qu’ils puissent retrouver les daaras. En réponse à ces derniers, le président de la République a commencé par ironiser : « Au Sénégal, quand une personne est envoyée en prison, on dit que c’est le Président qui emprisonne. Mais je dois vous dire que le chef de l’Etat ne condamne pas. Ce sont les juges qui condamnent et ce que la loi me permet en tant Président c’est de gracier. Le viol, le meurtre ne sont pas pris en compte par la grâce présidentielle. »

Il a indiqué que si quelqu’un est prison, c’est parce qu’il a eu maille à partir avec la justice. « Il y’a des dossiers qui ne peuvent être réglés que devant une juridiction compétente », a-t-il dit. Par ailleurs, le chef de l’Etat a soutenu que pour les dossiers administratifs, il va engager les ministres afin qu’ils soient traités le plus rapidement possible. Pour les cas d’escroquerie, d’abus de confiance, entre autres, il pense qu’on peut trouver des solutions sans porter l’affaire devant un tribunal. Toutefois, le président de la République renseigne que des maîtres coraniques sont en prison pour des faits graves. « J’ai demandé la situation et j’ai vu que certains maîtres coraniques sont en prison pour séquestration de mineurs, port d’arme de 3e degré, coups et blessures volontaires, actes de torture sur des enfants, talibés tués dans des conditions atroces, pédophilie, etc. », a-t-il déclaré. Pour lui, ces faits méritent d’être jugés parce qu’on doit protéger les enfants et les filles de notre pays.

Les promesses de Macky pour améliorer les daaras
Par ailleurs, les maîtres coraniques invitent le chef de l’Etat à se pencher sur la question de la mendicité, la formation professionnelle, la location et de prévoir des daaras dans les mosquées. Aussi, ils ont sollicité des terres pour cultiver avec du matériel agricole, la prise en charge médicale, etc.

Pour rassurer les maîtres coraniques, Macky Sall a soutenu : « On aura des discussions profondes pour voir comment on pourra changer cette situation des daaras. D’ailleurs, nous allons institutionnaliser le 28 novembre journée des daaras. Nous allons aussi allouer 20% minimum des fonds de dotation, soit plus de 6 milliards destinés à l’éducation aux daaras. L’inspection sera érigée direction nationale pour mieux prendre en charge la question des daaras. On doit également avoir les chiffres dans chaque département pour pouvoir mieux agir. Au ministre de la Santé, je vous engage à recenser les ndeyou daara pour les aider comme on le fait avec les badienou gox. » Pour finir, le président de la République estime que la prise en charge de ces doléances est possible mais il faut une organisation.

Cheikh. Moussa SARR
Abdoulaye SYLLA (Photo)

29 novembre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article