MACKY SALL : « PLUS DE 130 MILLIARDS F CFA DANS LA RIPOSTE SANITAIRE »

news-details
VISITE DANS LES CTE

Plus de 130 milliards F CFA ont été réservés à la riposte sanitaire, entre le mois de mars et maintenant, d’après les estimations du chef de l’État, Macky Sall. Ce, à l’issue de sa visite, hier, dans des Centres de traitement des épidémies (CTE) de Dakar, pour s’enquérir de la situation face à la 3e vague accrue par le variant Delta.

"Aider le personnel médical à nous aider"

De l’hôpital Dalal Jam de Guédiawaye, à Idrissa Pouye de Grand-Yoff, à Fann, à Principal, en passant par Aristide Le Dantec, il s’est dit "satisfait de la résilience du système de santé sénégalais, malgré la situation préoccupante qui prévaut sur le plan continental voire mondial". D’autant plus qu’a-t-il souligné, repris par Le Soleil, "le ministère de la Santé a déployé des moyens importants pour renforcer les capacités en lits, en réanimation mais surtout la fourniture en oxygène qui est un intrant extrêmement important dans cette phase."

Toutefois, il a saisi l’occasion pour appeler les Sénégalais à se faire vacciner tout en respectant les gestes barrières. "J’invite donc les populations à aller se faire vacciner et à réduire les déplacements non nécessaires pour permettre au système de santé de ne pas être débordé. Parce que, quand nous atteindrons un certain niveau, les hôpitaux ne pourront plus satisfaire la demande et c’est ce qu’il faut éviter à tout prix. De grands pays sont arrivés à ce stade", a-t-il alerté.

Sur le pied de guerre depuis plus de 16 mois, le personnel médical est au bord de la rupture. D’où l’appel du président à plus de "responsabilités" à l’endroit des Sénégalais. "Il faut les aider à nous aider. C’est-à-dire les aider à pouvoir contenir les malades. Pour cela, notre part, dans ce combat, est de respecter les mesures barrières comme le port obligatoire du masque, le lavage fréquent des mains mais surtout la vaccination."

Après une première phase timide de la campagne de vaccination anti Covid-19, aujourd’hui, c’est la ruée vers les centres de santé pour se faire vacciner. La panique installée par la vitesse de propagation du variant Delta est passé par là.

Vous pouvez réagir à cet article