MACKY SALL SALUE LA TRAJECTOIRE D’AMADOU MAHTAR M’BOW

news-details
100e ANNIVERSAIRE

Dans son message projeté à l’occasion de la célébration du centenaire d’Amadou Mahtar M’Bow, ce samedi, 20 mars, au Musée des Civilisations noires, le chef de l’État, Macky Sall, a salué la trajectoire de l’homme. Avant d’appeler la jeunesse sénégalaise et africaine à s’en imprégner.

"Le Pr Amadou Mahtar M’Bow est un homme de pensées et d’actions", a-t-il campé, ajoutant "qu’à l’heure des enjeux cruciaux, il a su répondre aux fortes attentes de ses contemporains pour un monde plus juste et plus équitable."

Il a ainsi soutenu que "pour (son) engagement pour un Nouvel ordre mondial de l’information et de la communication (NOMIC)", Amadou Mahtar M’Bow a "bravé les surdités", "fait face aux incompréhensions", "défié les diktats" pour que "l’information et la communication soit un bien public, plus équilibré, accessible à tous les peuples."
"Très cher patriarche, a-t-il poursuivi, votre combat est plus qu’actuel."

"À l’heure des révolutions numériques, malgré les croissances exponentielles des moyens technologiques de l’information et de la communication, des territoires entiers et leurs populations restent encore à la marge du développement. En moins d’un quart de siècle, le monde a connu dans ce secteur des évolutions inouïes, qui touchent à nos manières de penser, d’agir et de vivre… Les plus audacieux des contemporains du numérique ne pouvaient penser à ce prodigieux essor de ce moyen de communiquer, d’échanger des idées, de créer, on parlera alors de village planétaire."

Ainsi, a-t-il ajouté : "nous vivons aujourd’hui, dans un monde devenu un vaste réseau remarquable par l’instantanéité et la vitesse de la circulation de l’information, plus que jamais le monde a besoin de plus d’équité et d’équilibre dans un contexte où par sa puissance l’information est devenue un paramètre aussi bien dans les stratégies de développement que dans les relations internationales."

De tous titres prestigieux que l’ex-président de l’UNESCO porte, "celui d’enseignant est sans nul doute celui qui vous définit le mieux", dira Macky Sall. Car a-t-il d’abord expliqué : "c’est comme professeur que vous avez commencé votre remarquable trajectoire à une époque où le colonisateur n’ouvrait que parcimonieusement les portes de l’enseignement supérieur aux africains, vous avez tenu le pari de continuer d’apprendre, forçant ainsi le destin et forgeant celui qui allait devenir le Professeur d’Histoire et de Géographie que vous ne cesserez jamais d’être."

Ensuite, "c’est le professeur qui a en effet magnifié la valeur du savoir et la force d’émancipation qui le représente." Puis, "c’est aussi le professeur en vous qui accepterez comme ministre du président Léopold Sédar Senghor de se mettre au service de l’Éducation nationale de son pays."

Et, "lorsque vous avez été porté à la tête de l’UNESCO, de cette prestigieuse institution de la communauté internationale s’est dotée pour la valeur de l’Éducation, de la Science et de la Culture, c’est encore le Professeur en vous qui s’est mis au service de l’humanité. Premier africain à diriger une Institution du système des Nations Unies, vous avez saisi dans la nouvelle mission qui vous était confiée l’enjeu de changement dont le monde avait besoin. C’est ainsi que vous avez porté l’œuvre de réécriture de l’histoire générale de l’Afrique, contribuant à rendre à notre continent sa conscience historique pour mieux s’ouvrir les portes de l’avenir. L’on se souviendra aussi en ce Musée des civilisations noires qui a accueilli il n’y a pas longtemps le sabre d’El Hadji Omar Tall rendu par la France, que vous avez été il y a plusieurs décennies, l’avocat passionné de la restitution des biens culturels les plus essentiels aux peuples qui les avaient créés. Mais ouvert à tous les souffles féconds, vous avez défendu que ses biens n’en restent pas moins un patrimoine universel à partager."

Enfin, a-t-il conclu : "votre jeunesse doit connaître la trajectoire pour y trouver l’inspiration, le courage et un formidable encouragement à aller jusqu’aux confins du monde à la recherche de la Science. Jeunesse africaine emparez-vous de l’œuvre du patriarche, emparez-vous des leçons de courage, d’humilité, de générosité, en somme d’humanisme de cet homme de 100 ans, debout, (et) émergent".

En présentiel, le chef de l’État, Macky Sall, était représenté par le ministre chargé du suivi du PSE, Abdou Karim Fofana, qui a inauguré l’exposition consacré à la vie et à l’œuvre d’Amadou Mahtar M’Bow.

Vous pouvez réagir à cet article