MACKY SALL SIGNE LE DÉCRET QUI RÉTROGRADE LE CAPITAINE TOURÉ EN SOLDAT

news-details
SUITE AFFAIRE SONKO/Adji Sarr

Le dernier mot lui revenait. Lui seul, en sa qualité de Chef suprême des armées, avait le pouvoir de décision en dernier ressort pour statuer sur le cas du capitaine Oumar Touré.

Comme indiqué par Emedia.sn, ce conseil d’enquête, composé de 5 officiers dont un président, un membre de grade équivalent à celui de Oumar Touré et trois autres membres plus gradés que lui, tous désignés par le haut commandant, était une étape obligatoire pour une procédure de radiation ou de rétrogradation avant que le dossier ne soit déposé sur la table du chef de l’Etat.

Le président de la République vient de porter un dernier (?) acte pour sceller le sort de l’ex enquêteur de la Section de Recherches de Colobane, devenu célèbre pour avoir annoncé avec fracas sa démission de la gendarmerie en indexant des pressions à cause de son implication dans le dossier opposant le député Ousmane Sonko à la masseuse Adji Sarr.

60 JOURS D’ARRÊT ET CONSEIL D’ENQUÊTE

Le jeune ex officier de la gendarmerie avait déjà purgée un arrêt de rigueur de 45 jours, sur ordre du haut commandant de la gendarmerie, prolongé de 15 jours supplémentaires sur décision du ministre des forces armées.

La dernière étape de cette descente aux enfers intervient à cet instant, avec la décision du chef de l’Etat de le rétrograder, tout en le gardant dans les rangs de l’armée en qualité de soldat simple, versé dans les réserves.

Il quitte ainsi le rang des cadres de la gendarmerie nationale avec la signature du décret présidentiel daté le jeudi 17 juin 2021. Le président Sall a décidé de s’en limiter à une rétrogradation, plutôt qu’à une radiation définitive des rangs de la gendarmerie.

Le document précise que Capitaine Touré a été traduit devant un Conseil d’enquête de la gendarmerie, trois jours auparavant, le 14 juin. Il lui est reproché d’avoir commis une « faute contre l’honneur, la probité et les devoirs généraux du militaire ».

Selon la note officielle, l’autorité a pris la décision de le verser dans les réserves comme soldat. Toutefois, « il pourra prétendre au remboursement des retenus pour pension conformément aux dispositions des pensions civiles et militaires de retraite ».

Vous pouvez réagir à cet article