MAFIA DE L’OR À KÉDOUGOU : 21 PERSONNES SOUS MANDAT DE DÉPÔT, UN JOURNALISTE EN GARDE À VUE

news-details
EXPLOITATION ILLÉGALE

Une rocambolesque affaire d’association de malfaiteurs. 21 personnes dont le chef de service régional des mines de Kédougou et le conservateur du parc national de Niokolo Koba, ont été placées sous mandat de dépôt, hier vendredi, 7 juin, pour atteinte au code minier et à celui de l’environnement. Auparavant, 18 autres personnes dont 15 de nationalité chinoise et 3 ghanéens, ont été arrêtées pour exploitation illégale de l’or. Au moment où, le patron chinois de l’unité d’exploitation, en fuite, est activement recherché.

Par ailleurs, un journaliste a été placé en garde-à-vue, dans le cadre de l’enquête, et un autre a été finalement libéré après avoir été entendu. Le pot-aux-roses a été découvert grâce aux mouvements incessants de gros engins appartenant à des Chinois qui avaient commencé à exploiter une mine d’or depuis le 24 mars dernier « sans permis et en complicité avec les responsables précités ».

Selon le modus operandi, les Chinois récupéraient entre 600 et 800 grammes d’or par semaine pour un chiffre d’affaires compris entre 12 et 16 millions de F CFA, dans une mafia organisée. L’enquête se poursuit.

Le président de l’association des maires de la région de Kédougou réagit après l’emprisonnement de deux (2) de ses collègues dans l’affaire de l’exploitation clandestine d’or dans la zone. Il s’agit des édiles de Nénéfisha et de Tomboronkoto, précise Kikala Diallo, contacté par iRadio. Bien que compatissant, il appelle toutefois à ce que « justice soit faite, ce « pour que Kédougou puisse se départir de ces exploitations irrégulières, qui, en réalité, n’apportent rien de bon à la région, sauf peut-être la destruction de son environnement. »

En effet, confie-t-il : « Ça fait toujours mal de voir des collègues dans cette situation-là. En tant que président de l’amical des maires de la région de Kédougou, nous exprimons toute notre solidarité à l’endroit de nos collègues aujourd’hui arrêtés. C’est vrai que cela fait très mal mais si cela participe à l’assainissement de la région par rapport à ces genres de choses, on est d’accord que la justice fasse son travail. »

Vous pouvez réagir à cet article