MALANG DIEDHIOU : "BADARA MAMAYA SÈNE A TOUJOURS PRÔNE L’EXCELLENCE"

news-details
Témoignage

L’ex maire de Rufisque de 2009 à 2014 est décédé, ce lundi, 22 juin, 45 jours après son ami Amadou François Gueye dit Francky, l’ex président de la Commission centrale des arbitres (CCA), laissant une organisation arbitrale endeuillée. Malang Diédhiou est sous le choc suite à l’annonce du décès de Badara Mamaya Sène. Contacté par Emedia.sn, l’ex-arbitre international décrit "un visionnaire" envers qui il ne tarit pas d’éloges.


LE MENTOR

"Badara Sène a été vice-président de la commission des arbitres de la CAF pendant longtemps et membre de la commission des arbitres de la FIFA, dit-il. De par ses positions, il a eu à intervenir dans le choix des hommes. Ceux-là qui doivent arbitrer au niveau international. Donc, j’en ai bénéficié. Je suis donc passé entre ses mains en 2008. Et après cela, c’est lui qui a suivi notre carrière au niveau de la CAF et de la FIFA. C’est d’ailleurs lui qui a proposé, en 2014, que je sois avec Djibril Samba et El Hadji Malick Sarr, pour constituer un trio, et se préparer pour la Coupe du monde 2018. C’était un trio homogène. C’est-à-dire d’un seul pays. Ce qu’on n’avait pas en Afrique. Parce que dans les autres trios, on retrouvait un arbitre d’un pays et un autre d’un pays différent. Il avait eu à anticiper cela."

LE COMPÉTITEUR

Badara Mamaya Sène, au sifflet de la finale de la Can 92, (Côte d’Ivoire vs Ghana, à Dakar)

« Je disais souvent que Badara Sène est un visionnaire. C’est-à-dire il anticipait sur les choses, sur l’évolution de l’arbitre. C’est la raison pour laquelle les arbitres sénégalais étaient toujours briefés en avance par rapport à ce qui devait arriver. J’en veux pour preuve quand la CAF exige des tests physiques, lui, il demandait aux Sénégalais de faire quatorze tours, histoire pour lui de les mettre à niveau. Pour que lorsqu’ils étaient en compétition qu’ils soient toujours devant. Parce qu’il était animé d’une bonne intention d’aider les arbitres sénégalais mais de les aider quand ils sont excellents. Donc, Badara Sène a toujours prôné l’excellence. Même quand on était en compétition lors des tests physiques lors des séminaires ou des compétitions, ils demandaient aux Sénégalais, en wolof, d’être toujours devant. C’était aussi un bon manager. Parce qu’il demandait parfois l’avis des gens sur des décisions qu’il devrait prendre. C’est aussi quelqu’un qui était généreux, trop proche des arbitres mais aussi des populations. Badara Sène prenait part aux fêtes, aux événements de la famille arbitrale. Il aimait voyager, aimer aller rencontrer les arbitres à l’intérieur du pays. Badara Sène était aussi un animateur du groupe. C’est lui qui a organisé l’accueil triomphal des arbitres de retour de la Coupe du monde à l’aéroport. Par la suite, il a organisé un sargal au nom de l’ANAF (Association national des arbitres de football) du Sénégal dont il était le président jusqu’à son dernier souffle."

LE MODÈLE

"Badara Sène m’a suivi jusqu’en Casamance quand les populations de mon village, Badiana, organisaient le ’’sargal’’ pour le trio. C’est quelqu’un de généreux, très humble aussi. Il lui arrivait de quitter sa maison, de m’appeler pour me demander si j’étais chez moi, et de venir discuter de question d’arbitrage avec moi. Alors que c’est lui le patron qui aurait pu me convoquer. Voilà une personne qui avait de lourdes responsabilités, et qui a servi l’arbitrage sénégalais et les arbitres sénégalais. Il est parti, il a tracé une voie que nous allons suivre. Ce sera difficile de remplacer ces deux messieurs qui sont partis. Parce qu’ils ont donné toute leur vie à l’arbitrage. Badara Sène et Amadou François Gueye sont partis. Nous sommes fiers de ce qu’ils ont réalisé pour l’arbitrage. Nous prions le Bon Dieu de les accueillir au Paradis. Et présentons nos condoléances à toute la famille sportive mais aussi à leurs familles respectives".

Vous pouvez réagir à cet article