MAMOUDOU IBRA KANE, AU WATERGATE

news-details
États-Unis

Le vol inaugural de Air Sénégal sur les États-Unis revêt un autre cachet tout aussi symbolique. Le célèbre journaliste Mamoudou Ibra Kane, DG de E-Media INVEST, qui fait partie de l’expédition, loge à l’hôtel Watergate du nom de ce scandale éponyme révélé en 1972 par le jeune journaliste d’alors Bob Woodward. Non content de résider dans le réceptif, Mamoudou occupe également une chambre identique à celle portant le numéro 214 où tout est parti justement.

Recruté un an plus tôt, Bob Woodward, au gré de ses promenades du soir, s’aperçoit que la Chambre 214 reste allumée alors que le bâtiment administratif, donc fédéral, devrait être vide à ce moment. La lumière l’intrigue. Très vite, il retourne à sa rédaction et saisit son chef : Carl Bernstein. Lequel l’écoute et approuve sa démarche. Ben Bradlee, l’immense patron du Washington Post les couvre et assure leurs arrières. Téléphones, rendez-vous, recoupements, vérifications et fine observation du contexte et des enjeux, ils s’aperçoivent que le lièvre paraît gros. Ils s’y mettent à deux et écument la capitale.

Munis d’un dossier-béton, ils découvrent les ramifications d’un parfum de scandale qui met la capitale fédérale en émoi. L’affaire remonte à la Maison Blanche occupée alors par un certain Richard Nixon, Républicain, au sommet de sa gloire. Très vite l’étoile palit. Le Washington Post livre les faits et délivre l’opinion qui, édifiée, réclame et obtient la démission du Président le plus puissant de la planète. Le monde s’en émeut. Bob Woodward entre dans la légende.

Et bien en 1972, Mamoudou est très jeune. Le voilà propulsé aux cimaises en visitant cette pièce qui a tenu l’Amérique et le monde en haleine des décennies durant. A-t-il bien dormi dans l’hôtel qui abrite la fameuse room 214 ? À quoi pensait-il en franchissant le seuil de l’hôtel et la porte de la chambre-musée ? Au regard de son expérience et de son talent, Mamoudou, plus chanceux que jamais, enrichit son parcours étoilé et densifié son vécu. Journaliste un jour, journaliste toujours.

Vous pouvez réagir à cet article