MANIFESTATION DES MARRONS DU FEU DEVANT LE DOMICILE DE MACKY : UNE VINGTAINE DE GROS BRAS INTERPELLÉS

news-details
MERMOZ

Les « marrons du feu » sont en colère contre Macky Sall. Ces gros bras, qui assuraient la sécurité du président de la République lors de la campagne présidentielle de 2012, ont envahi le domicile de Macky Sall pour exiger leur recrutement dans la fonction publique. Munis de pancartes sur lesquels ils ont écrit leurs doléances, ils ont été une centaine à se masser devant le domicile du chef de l’Etat à Fenêtre Mermoz. Mais, leur rassemblement a été vite dispersé par les éléments de la gendarmerie. Lesquels ont arrêtés une vingtaine de manifestants avant de les conduire à la Brigade de Ouakam où ils sont présentement en garde à vue.

Bassirou Dia fait partie des « marrons du feu » qui ont échappé aux gendarmes. Il revient dans les détails sur les raisons qui motivent leur manifestation devant le domicile du président de la République, Macky Sall. « Tout le Sénégal connait les marrons du feu. Nous avons toujours été au front pour assurer la sécurité du président de la République. On a été toujours loyal à son égard. Nous avons entendu toute sorte de critiques émanant des Sénégalais. On nous a traités de nervis, de milices, de troubles-fête mais, nous avons toujours fait fi de ces attaques pour servir le président de la République », a expliqué Bassirou Dia.

« Les marrons du feu » menacent d’observer une grève de la faim

Poursuivant, il regrette que le président de la République n’ait pas respecté les engagements pris à leur égard. « Nous faisons partie de la famille présidentielle. Le chef de l’Etat avait promis de nous intégrer dans la fonction publique. Hélas, nous sommes toujours-là à patienter. Nous sommes des agents de sécurité et tout ce que nous voulons, c’est de travailler. Nous avons frappé à toutes les portes des autorités de l’APR pour expliquer notre situation mais, aucune d’entre elles n’a répondu. On a envoyé des correspondances aux différents ministres mais, nous n’avons jamais eu de réponse », regrette M. Dia.

Qui interpelle directement le président de la République lui demandant une audience dans les meilleurs délais. Car, dit-il, « nous n’excluons pas d’observer une grève de la faim pour nous faire entendre. Nous demandons au président de la République de nous recevoir afin de trouver une solution à nos problèmes. Nous savons qu’il peut nous aider donc, nous lui faisons confiance tout en espérant qu’il accèdera à notre requête ».

Par ailleurs, les « marrons du feu » exigent la libération immédiate et sans condition de leurs camarades qui ont été interpellés.

Vous pouvez réagir à cet article