MANQUE D’EAU À TOUBA : JOUR DE MAGAL, LE CALVAIRE DES POPULATIONS

news-details
MAGAL TOUBA 2019

Touba est en pleine effervescence, en cette matinée du jeudi 17 octobre 2019. Le grand magal, qui marque le départ en exil de Cheikh Ahmadou Bamba, est célébré ce jeudi, 17 octobre. Mais, le manque d’eau dans certains quartiers risque de gâcher la fête. Au quartier Guédé, par exemple, les robinets sont fermés. Les femmes de ce quartier étaient obligées de se lever tôt le matin pour remplir quelques bassines. Avant même la fin de la matinée ces bassines étaient complètement vidées. « Il faudrait que les autorités fassent plus d’efforts pour l’alimentation en eau. Touba n’est plus un village. Il est devenu une très grande ville », constate mère Aïda, trouvée en pleine préparation du repas de midi.

Dans la cité religieuse, les camions citernes sont visibles presque dans toutes les artères. Impossible parfois, pour eux de se frayer un chemin. Ces camions sont interceptés par les pèlerins qui n’hésitent pas à les bloquer pour se procurer de l’eau. Une attitude de ces pèlerins qui pourrait bien se justifier par la forte canicule qui s’abat sur Touba.

« L’eau est un réel problème à Touba. Depuis 48h nous n’avons pas le liquide précieux. Ce n’est pas normal. Ceux qui doivent parler, à notre nom, sont à l’abri du besoin. C’est pourquoi, le problème va rester entier », regrette El Malick Ndao. Membre du mouvement Hizbut-Tarqiyyah.

Ndao exhorte les autorités à prendre, à tous prix, les dispositions nécessaires pour résoudre définitivement ce problème. « Il est temps que les dispositions soient prises sur Touba pour que l’alimentation en eau puisse être stable, même si on doit payer. Les Mourides n’ont pas de problème pour payer l’eau », a fait savoir ce Diawrigne.

Joint au téléphone, les responsables de l’Ofor (Office des forages ruraux) qui gèrent la distribution de l’eau à Touba, n’ont pas voulu réagir.

Vous pouvez réagir à cet article