MANSOUR SY DJAMIL : « AU-DELÀ DU VIRUS, L’UNITÉ... »

news-details
AUDIENCE AU PALAIS

Le ballet a repris au palais de la République, à 16 heures, cet après-midi. Serigne Mansour Sy Djamil, qui a ouvert le bal, a apprécié l’initiative du chef de l’État, consistant à discuter avec les leaders de l’opposition parlementaire sur les mesures prises, et de recueillir leurs propositions.

Déjà, le leader de ’’Bes du niakk’’ s’est dit "en phase" avec les mesures édictées par le gouvernement. "J’ai dit que l’objectif qui transcende l’ensemble des objectifs, c’est l’union nationale non pas pour gagner des élections mais pour sauver des vies humaines", a-t-il motivé.

Revenant sur son entretien à huis clos avec le chef de l’État, il a expliqué que ce dernier "a utilisé le mot guerre dans son discours. L’autre jour, Macron l’a utilisé 6 fois. C’est une guerre contre un ennemi à la fois invisible, et insaisissable. Mais, cette lutte contre ce virus-là a redonné aux politiques leur rôle premier, celui de gestion de la cité. Le politique, ce n’est pas nécessairement l’opposition."

Aujourd’hui, a indiqué le député, "il s’agit de gérer collectivement la cité devant un danger qui peut remettre en cause toutes les données. Hier, il a fixé le décor, et aujourd’hui, il a montré qu’il entend mener cette lutte, avec une unité, et une union nationale. C’est ça qui justifie notre présence aujourd’hui. Nous allons l’aider non pas pour lui mais pour le Sénégal ; moi en tant que leader politique, et guide religieux."

Toutefois, a-t-il souligné : "Au-delà de cette guerre nécessaire pour vaincre ce virus, que l’on constitue une unité nationale. Parce qu’il y a des exigences qui sont plus dangereuses que celles du virus, c’est l’exigence du développement. L’unité dont nous avons fait montre aujourd’hui, nous devons en faire montre pour régler les problèmes de notre développement".

Après Serigne Mansour Sy Djamil, ce sera au tour de Pape Diop d’être reçu par le président Sall.

Vous pouvez réagir à cet article