MANSOUR TALL (ONUDI) : « LE TER, C’EST UNE QUESTION DE STRATÉGIE »

news-details
LR DU TEMPS

Mansour Tall, le coordonnateur nationale des villes durables de l’ONUDI (Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel), vole au secours de l’Etat sur la cherté du tracé du Train express régional (TER) estimé à plus de 1600 milliards de FCFA sur 42 Km seulement, par Ousmane Sonko, comparé au TGV marocain.

Invité de « LR du temps », émission animée par Alassane Samba Diop sur iRadio, ce dimanche 2 décembre, il donne son avis en tant qu’aménagiste urbain pour expliquer pourquoi il n’est pas opposé au prix. Parce que détaille-t-il : « Le TER, c’est une question de stratégie. Il y a le coût de l’inaction parce que si on ne fait rien, combien on perd, cela aussi on doit le prendre en charge. »

Il ajoute : « Les Marocains au moment du démantèlement ferroviaire avec l’influence de la Banque mondiale et des politiques structurelles, avait refusé, eux, de démanteler leur réseau. Cela a facilité les choses car l’emprise est là et les stations sont également là. » Ce qui n’est pas le cas du Sénégal, relève-t-il. « Donc, indique-t-il, les coûts on ne peut pas les comparaître de manière mécanique comme cela. »

Mansour Tall souligne que « dans le tracé, les populations de Yeumbeul-Nord et Yeumbeul-Sud-Yarakh, aujourd’hui, disposent d’un outil pour aller et venir. » Ce qui, dans son champ d’action, il juge « très utile ». « Maintenant, tranche-t-il, le coût est lié aussi au fait que nous avons très mal planifié nos espaces. Nous avons démantelé le tracé. Donc, cela pose la question des emprises. »

Pour une meilleure clarté, soutient-il, il fallait juste des concertations en amont.

Vous pouvez réagir à cet article