image

« MARIE KHÉMESSE EST COMPTABLE DU BILAN DE DIOUF SARR » (SYNDICALISTE)

image

Mballo Dia Thiam ne semble pas être convaincu de la mesure du chef de l’État consistant à relever Abdoulaye Diouf Sarr et de le faire remplacer par Marie Khémesse Ngom Ndiaye. C’est suite au drame survenu à l’hôpital Mame Abdou Aziz Sy Dabakh qui a entrainé la mort de 11 nouveau-nés. Selon le responsable de And Guesseum, l’ancien tout comme le nouveau ministre de la partage le même passif dans ce secteur de la santé. « Nous pensons que dans le cas d’espèce, cela ne règle rien. En terme caricatural, c’est comme à l’image d’un véhicule en panne, on enlève le chauffeur et on le fait remplacer par l’apprenti.

Celle qui a été nommée, nous avons beaucoup de respect pour elle. Elle a fait ses classes. Elle est bardée de diplômes. Elle a fait aussi tout le circuit, médecin chef adjoint, médecin de district, Directrice générale de la Santé. En tant que syndicaliste, nous disons qu’elle connait bien le secteur. Mais aujourd’hui, elle est comptable de tous les échecs et de tous les succès de Diouf Sarr. Nous espérons qu’elle va faire plus et mieux que lui », a déclaré M. Thiam qui était, ce vendredi, au niveau de l’hôpital de Tivaouane.

Sur le même registre, Mballo Dia Thiam invite les autorités à chercher ailleurs les causes de mauvaises performances notées dans les hôpitaux. Pour lui, la racine des dysfonctionnements reste les moyens d’équipement et le manque de ressources humaines. « En dehors de l’hôpital Principal, aucun autre ne fonctionne pas sur la base d’un hôtel médicalisé, à savoir la règle des trois 8 : 8h - 13h, 13h -20h, 20h - 8h. Les gens travaillent avec une surcharge énorme avec très peu de spécialistes. Je ne suis pas en train de justifier quoi que ce soit. Mais c’est ça l’état les lieux », a-t-il déclaré. Le Secrétaire, général du SUTSAS invité le nouveau ministre de la Santé à se mettre au-dessus de la mêlée et de s’ouvrir à tout le monde.

Babacar FALL

28 mai 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article