MATAR BA ANNONCE UNE « REPRISE EN MAIN DES INFRASTRUCTURES SPORTIVES »

news-details
APRÈS LA SORTIE DE MACKY SALL

Quatre jours après la promesse du chef de l’Etat Macky Sall, le ministre des Sports, Matar Bâ, annonce la relance des travaux dans les stades du pays. Une reprise en main des infrastructures sportives au courant de ce mois de janvier, dans la première quinzaine de février, détaille l’autorité de tutelle, qui a fait la précision à l’occasion de la remise de financements aux ASC de Pikine par la Délégation à l’Entrepreneuriat rapide des femmes et des jeunes (DER/FJ).

D’abord, indique le ministre, ces travaux vont démarrer au stade Demba Diop, avec l’autorisation de la protection civile, qui avait fait un rapport pour la fermeture du stade en question, suite au drame de juillet 2017, avec l’affaissement d’un pan de la tribune découverte, faisant 8 morts, lors de la finale de la Coupe de la Ligue entre le Stade de Mbour et l’Us Ouakam. « La fermeture de Demba Diop est un problème social, avoue-t-il, d’emblée. Parce que nos mamans qui vendaient les cacahouètes, les sachets d’eau, assuraient, à partir de cette activité, leur dépense quotidienne. C’est pourquoi le président Macky Sall nous a instruit que Demba Diop ait un traitement spécial. »

Ainsi, suite à l’attribution définitive annoncée des travaux pour la réfection de Demba Diop, il souligne que ces services (ont fait du mode fast-track (voie accélérée) pour demander à l’inspection civile qui avait fait un rapport pour la fermeture de Demba Diop en fasse une autre inspection pour qu’on puisse remettre en service Demba Diop. Mais il y aura une solution structurelle pour Demba Diop. »

Ensuite, avec la réhabilitation du stade Léopold Sédar Senghor estimé à 20 milliards, les autres stades régionaux, comme Kédougou, Kaffrine, et Sédhiou, ne seront pas en reste.

« Dans les 2 ans à venir, détaille-t-il, le président de la République a parlé du très grand problème pour gagner le combat contre le manque d’infrastructures sportives au Sénégal. Nous voulons du Sénégal un hub sportif, un pays qui a les capacités d’organiser toutes sortes de compétition internationales. C’est pourquoi nous mettrons plus de 20 milliards F CFA au niveau du stade Léopold Sédar Senghor avec la République populaire de Chine, d’autres 20 milliards pour Ely Manel Fall de Diourbel, Lamine Gueye de Kaolack, Aline Sitoé Diatta de Ziguinchor.

Nous allons reprendre en main ces infrastructures. Nous allons, au courant janvier, dans la première quinzaine du mois de février, démarrer les travaux du stade Me Babacar Seye de Saint-Louis. Sédhiou, Kédougou et Kaffrine n’avaient pas de stade régional. Nous avons démarré les travaux à Sédhiou, et nous allons accélérer les travaux à Kédougou. Et la Cour suprême vient de statuer et nous allons lancer les travaux à Kaffrine pour que toutes les régions du Sénégal puissent disposer de stade. »

Enfin, conclut-il, « le sport est une compétence transférée, il faut que des initiatives soient prises par les responsables des collectivités territoriales pour accompagner les efforts de l’Etat en matière d’infrastructures sportives ».

Vous pouvez réagir à cet article