MATAR SOURANG« LE DIALOGUE NATIONAL, C’ÉTAIT POUR AMUSER LA GALERIE »

news-details
JURY DU DIMANCHE

Il n’y a plus de dialogue national. Les discussions sont au point mort. Seul le volet politique est en cours. Ce que déplore le coordonnateur du Front de résistance nationale (Frn), Matar Sourang. L’invité de l’émission JDD, ce dimanche, estime que le dialogue national n’était que pour amuser la galerie. Et pourtant, renseigne Sourang, il était bien partie et d’importants sujets commençaient à être discutés dans les commissions. « Quand le dialogue national s’est posé, il y a eu deux camps dans le Frn. L’un disant que c’était un leurre. Le président Macky Sall voulait faire perdre du temps à l’opposition. D’autres, ont pensé que le Sénégal avait changé. Il y a le pétrole, le gaz, les questions sécuritaires, donc, il y a des bases sur lesquelles nous devons nous mettre d’accord. Je faisais partie de ces gens. Même Khalifa Sall fraichement sortie de prison était partant pour ce dialogue national. Il y avait des commissions très intéressantes avec 3 généraux qui ont fait la sous-région et qui maîtrisent parfaitement les questions sécuritaires », révèle Matar Sourang. Qui poursuit : « Mais on s’était rendu compte que ce qui intéressait le pouvoir, c’était d’amuser la galerie. C’était juste une façon de montrer qu’on discute avec son opposition. Mais, les conclusions ne les intéressaient pas ».

Pour le leader de l’Union nationale patriotique (Unp) si réellement le pouvoir était intéressé par les conclusions, il allait attendre la fin des travaux avant de faire entrer des opposants dans le gouvernement. « La preuve, à un moment donné, on dit qu’on a formé un gouvernement avec le président Idrissa Seck suite au dialogue national alors qu’on savait tous que le dialogue n’était pas encore arrivé à son terme. J’aurais compris qu’on fasse un dialogue, qu’il y ait des conclusions, qu’on dise qu’on va former un gouvernement pour appliquer ces conclusions », a-t-il déclaré.

Vous pouvez réagir à cet article